Pendant le confinement, les télés optent pour le système D

Hortense de Montalivet

MÉDIAS - Leur travail est nécessaire, mais loin d’être aisé. Depuis lundi 16 mars et la mise en place du confinement face à l’épidémie de coronavirus, la vie de tous les Français a dû évoluer, en particulier pour ce qui est de leur activité professionnelle. Et cela, les journalistes s’en sont rendu compte. 

Comme tous leurs concitoyens, ils doivent effectivement respecter les gestes barrière et les distances de sécurité, mais aussi faire avec le confinement des interviewés et l’interdiction des rassemblements. Ce qui signifie nécessairement un bouleversement des méthodes de travail, que ce soit en reportage ou à la rédaction. 

Alors comme le montre notre vidéo en tête d’article, nos consœurs et confrères s’adaptent tant bien que mal. Interviews grâce à des messageries instantanées, micros protégés avec du film plastique, plateaux sans public voire délocalisés à la maison... le système D est devenu la norme pour continuer à informer dans ce contexte hors du commun. 

À voir également sur le HuffPost: Face au coronavirus, cette caissière se voit comme de la “chair à canon”

LIRE AUSSI:

Retrouvez cet article sur le Huffington Post