Les radios privées dénoncent la suppression du plafonnement des revenus publicitaires de Radio France

·1 min de lecture

C'est un cri d'alarme que lancent les radios privées françaises. Sont mobilisés : les grands groupes M6 (RTL, RTL2, Fun Radio), NRJ (NRJ, Nostalgie, Chérie FM, Rire et Chansons), NextRadioTV (RMC, BFM Business) et Lagardère News (Europe 1, RFM, Virgin Radio) à qui appartient également le JDD ; mais aussi les 180 radios privées locales, régionales, thématiques et généralistes en France réunies au sein du Sirti. (Oui FM, Alouette, Radio Nova, Sud Radio, Radio Scoop, M Radio, Tendance Ouest, Latina, 100%, Top Music, Contact FM, TSF Jazz, Beur FM…). Ces quelque 200 stations s'inquiètent, dans un communiqué publié ce lundi, que le nouveau Contrat d'Objectifs et de Moyens (COM) 2020-2022 de Radio France, en cours de finalisation, supprime totalement le plafond annuel de recettes commerciales fixé à 42 millions d'euros, "ouvrant ainsi la porte à un accès quasi-illimité du service public à la publicité". Mieux, elles demandent la suppression de la publicité sur les antennes de Radio France.

Lire aussi - Les radios privées demandent la suspension temporaire de la publicité sur Radio France

Le Sénat et le CSA ont aussi réagi et invité l'État à "revoir sa copie" afin de préserver les équilibres concurrentiels sur le marché publicitaire. En 2016, lors de l'ouverture de la publicité commerciale sur plusieurs antennes de Radio France (France Inter, France Info France Bleu), le gouvernement s'était engagé à maintenir les grands équilibres du marché auprès des radios privées par l'instaurat...


Lire la suite sur LeJDD