Radiocassette et crottes de lapin : Bernard Campan raconte les canulars de son enfance

·1 min de lecture

Comment Bernard Campan, qui s'épanouit désormais au théâtre, a-t-il décelé la fibre comique qui l'a révélé au sein des Inconnus ? Une question à laquelle on ne peut pas répondre à coup sûr. Mais le comédien apporte d'amusants éléments de réponse samedi sur Europe 1, à l'occasion de son invitation dans l'émission d'Isabelle Morizet Il n'y a pas qu'une vie dans la vie. Bernard Campan, pas très bon élève, se souvient avoir toujours su attirer l'admiration de son intellectuel de père par ses blagues potaches.

>> Retrouvez les émissions d'Isabelle Morizet tous les week-ends de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

"J'ai humilié pas mal de copains"

Dans son enfance, il s'est également beaucoup adonné à un autre type d'humour. "Je faisais beaucoup de canulars", se souvient-il. "J'avais un radiocassette, et le truc auquel j'ai pensé tout de suite c'est faire des canulars et à les enregistrer. Je scotchais le micro sur le retour du téléphone pour avoir la voix de la personne que j'appelais et ça enregistrait ma voix."

Des canulars déjà destinés à être diffusés auprès de son public de l'époque. "Je faisais des canulars en appelant le grand frère d'un copain, la mère d'un autre copain. Et après, je leur faisais ai écouté les cassettes. Je disais aux copains que, quand leur frère leur dirait qu'il avait gagné 20 kilos de Nesquik par exemple, ils devaient leur faire écouter ma cassette. Donc j'ai humilié comme ça autour de moi pas mal de copains", sourit-il.

Un ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles