Elles racontent les pires phrases de rupture qu'elles ont entendues

·1 min de lecture

COUPLE - Il y a le classique “c’est pas toi, c’est moi”, l’insupportable “je veux reprendre ma liberté” ou le sempiternel “je ne suis pas prêt à m’engager”. Bien souvent, nos ex-partenaires usent des mêmes artifices et discours types pour nous larguer en beauté. Et puis, dans certains cas, ils et elles innovent. Nous font grâce d’une phrase rocambolesque qui restera dans les annales comme la sortie la plus improbable à laquelle on ait eu droit.

Des mots qui peuvent faire mal sur le moment, mais ne sont que de raisons de se féliciter plus tard d’avoir échappé à gâcher davantage de temps, d’énergie et d’attention à destination d’une âme aussi douteuse. Pour notre plus grand plaisir, et pour montrer aux autres que ce genre d’énergumènes est à ne pas regretter, 5 femmes nous ont confié la réplique qui, avec du recul, les fait encore halluciner. Savourez plutôt.

 

Manon, 31 ans : “Il aurait aimé avoir la chance de m’aimer”

“Je venais de débarquer à Paris pour mes études, j’avais 19 ans et j’arrivais tout droit d’une petite ville de province. Là-bas, quand on couchait avec quelqu’un, on s’attendait le lendemain à un minimum d’engagement. Ou en tout cas, au moins à quelques rencards, histoire de savoir si on avait envie d’aller plus loin ou pas. Quelle ne fut pas ma surprise quand je découvris à mes dépens qu’à la capitale, la coutume était toute autre.

Le jour de la rentée, j’ai rencontré un Parisien adepte de t-shirts à col V, cheveux gominés et chaussures pointues - l’extrême opposé du style des montagnards que ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles