"Ce que nous raconte Dante, c’est l’aventure humaine dans son ensemble" : Danièle Robert, traductrice de "La Divine Comédie"

Laurence Houot
·1 min de lecture

On fête cette année les 700 ans de la mort de Durante Degli Alighieri plus connu sous le nom de Dante (1265-1321). De nombreux événements rythment l'année 2021 en Italie, mais aussi en France, pour célébrer ce grand poète, considéré comme le "père de la langue italienne". Une occasion de se plonger dans la traduction audacieuse de La Divine Comédie signée Danièle Robert, connue pour ses traductions des grands textes d'Ovide, de Catulle ou dans un autre registre, de la poésie de Paul Auster. L'intégrale de cette traduction, parue en grand format en trois volumes et en version bilingue, L'Enfer, Le Purgatoire, et Le Paradis, entre 2016 et 2020, est à retrouver dans un volume en fomat poche (Babel), publié en mars 2021.

Danièle Robert, membre de la Société dantesque de France, a consacré dix ans à la traduction de ce texte, écrit au début du XIVème siècle, qui compte plus de 14.000 vers et dont la structure, très élaborée, est construite sur la base de la "tierce rime", motif inventé par Dante, que Danièle Robert décrit comme le "germe à partir duquel la structure s'épanouit en une arborescence vertigineuse". La traductrice, contrairement, à d'autres, a choisi de respecter la structure élaborée par Dante. Cette nouvelle version, accueillie avec enthousiasme (et quelques grincements de dents de certains), permet aux lectrices et lecteurs français de goûter le souffle, l'âme en quelque sorte, de ce texte universel.

Comment est construit ce texte ? Qu'est-ce que la fameuse (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi