Racisme : des manifestations contre les inégalités aux quatre coins du monde

Poing levé, ils étaient un peu plus d'un millier devant l'ambassade des États-Unis à Paris samedi 6 juin. Ils manifestaient contre les violences policières et le racisme, en écho à la mort de George Floyd lors d'une interpellation par la police américaine. À l'appel d'associations anti-racistes, ils ont bravé l'interdiction de manifester déclarée par la préfecture de police. Sur les pancarte, outre des références à George Floyd, il y en avait aussi en hommage à Adama Traoré, mort dans des circonstances similaires. "Il y a beaucoup de personnes qui ne savent pas ce que vivent les noirs un peu partout dans le monde. (...) On travaille, on est comme n'importe qui, mais pour notre couleur de peau on nous catégorise", confie Elton Gaibenne qui défile pour la première fois à 22 ans. Un million de personnes attendues à Washington "Malgré l'interdiction préfectorale de manifester, tout se déroule dans le calme", rapporte Lilya Melkonian en duplex depuis le Champs-de-Mars (Paris), autre lieu de rassemblement. Ailleurs dans le monde, des manifestations ont eu lieu durant la journée avant que celles qui se dérouleront en Amérique ne débutent. À Washington (États-Uni), à quelques mètres de la Maison-Blanche, des manifestants se préparent ainsi à clamer leur colère. "On nous annonce un million de personnes à Washington", indique Agnès Vahramian en direct depuis la capitale fédérale américaine.