Racisme : Hamilton ne visait pas le silence des pilotes

Basile Davoine

Dans un contexte mondial de lutte contre le racisme et les discriminations à la suite de la mort de George Floyd au mois de mai, avait appelé à un changement profond. Il avait écrit sur son compte Instagram qu'il voyait "ceux d'entre vous qui se taisent" et décrit la F1 comme "un sport dominé par les blancs", demandant plus de diversité. Ces propos avaient incité plusieurs autres pilotes à condamner à leur tour le racisme, tandis que plusieurs initiatives en F1 ont été lancées ces dernières semaines. S'exprimant dans une vidéo pour un clip de Daimler, Hamilton a clarifié le fait qu'il parlait de l'ensemble des sports mécaniques et pas spécifiquement de ses homologues pilotes.

Lire aussi :

Mercedes dévoile une livrée noire pour la saison 2020

"En fin de compte, les gens ont eu l'impression que je visais les pilotes", déclare-t-il. "Ce n'était vraiment pas le cas. Cela visait toute l'industrie. C'est quelque chose dont j'ai conscience depuis très, très longtemps, et je n'ai pas vraiment vu quiconque faire quoi que ce soit à ce sujet. Dans le monde d'aujourd'hui, avec toutes les plateformes que nous avons pour faire entendre notre voix, avec tous ces followers, nous avons beaucoup de pouvoir. Si l'on ne participe pas aux efforts visant à encourager les gens à sortir et comprendre la situation, je trouve ça frustrant."

"Le silence des gens est quelque chose que je connais depuis longtemps, et ce n'est pas le moment de se taire. C'est le moment d'aider à diffuser le message, pour se rassembler. Nous avons besoin d'autant de voix que possible pour changer les choses. C'était vraiment un appel à la responsabilité des gens de l'industrie, pour toutes les marques. Ils doivent faire plus. Ce sport doit faire plus. La FIA doit faire plus. Nous devons tous faire plus. C'était vraiment mon message."

En début de semaine, a présenté une livrée noire inhabituelle pour la saison 2020, afin d'envoyer un message fort contre toutes les formes de discrimination. L'écurie veut également travailler sur la diversité en interne. De son côté, Lewis Hamilton a lancé une commission pour améliorer la diversité en F1 et en sport automobile.

"C'est un sport très cher, et je crois que c'est un facteur sous-jacent", précise-t-il. "Il y a de nombreux emplois et opportunités dans notre sport, mais l'opportunité n'est pas la même pour les minorités. C'est pourquoi j'ai monté cette commission, afin d'essayer de voir et de comprendre pourquoi c'est le cas : pourquoi n'y a-t-il pas ces personnes intelligentes issues de minorités ? Pourquoi ne terminent-elles pas leur parcours à l'université ?"

"On ne peut pas changer ce que l'on ne connaît pas, et je crois que c'est le problème. Beaucoup de gens ont leur avis pour expliquer qu'il n'y a pas d'autre pilote noir ou peu de personnes de couleur en F1, mais personne ne sait vraiment quelle en est l'origine. C'est l'objectif de cette commission que j'essaie de constituer, ce qui implique beaucoup de travail, et j'espère vraiment que ça pourra changer les choses en bien."

Notre objectif est d'assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l'amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n'est pas disponible. Merci de votre compréhension.