Racisme : les Français plus tolérants mais toujours des préjugés racistes, selon la CNCDH

© AFP

La tolérance envers les minorités s'améliore en France mais certains groupes restent "stigmatisés", notamment les populations roms , affirme la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH), dans son rapport annuel publié lundi. "Depuis 2015, le niveau de tolérance semble poursuivre sa progression", souligne Jean-Marie Burgubur, président de cette institution, dans ce rapport sur "l'état des lieux du racisme" remis à la ministre déléguée chargée de la Diversité, Isabelle Lonvis-Rome.

"Les discours stigmatisants aux relents racistes et xénophobes n’ont pas disparu de l’espace public et médiatique"

Dans ce document, est publié, chaque année depuis 2008, un "indice de tolérance", calculé par Vincent Tiberj, un des chercheurs de l’équipe, à partir d'enquêtes en ligne et en face-à-face réalisées par la CNCDH.  Cet indice s’établissait, en 2022, à 68 (sur une échelle allant jusqu'à 100, niveau maximum de tolérance), soit deux points de plus qu'en 2019 et 14 de plus qu'en 2013. Pour autant, "les discours stigmatisants aux relents racistes et xénophobes n’ont pas disparu de l’espace public et médiatique", selon Jean-Marie Burgubur.

À partir de ses enquêtes, la CNCDH note que des préjugés racistes ont la vie dure, même si certains sont en recul. Ainsi, 38 % des Français pensent que "l’islam est une menace contre l’identité de la France" (contre 44,7 % en 2019) ou encore 45 % pensent que "les Roms vivent essentiellement de vols et de trafics" (48,2 % en 2019). Et 37 %...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles