Racisme : "Il faut s'intéresser aux discriminants et taper très dur", appelle Dominique Sopo, président de SOS Racisme

franceinfo
·1 min de lecture

"Il ne faut pas simplement s'intéresser au renforcement de la capacité d'action des victimes, mais aussi s'intéresser aux discriminants et taper très dur sur les discriminants en termes de répression, en termes de formation, notamment", a réagi samedi 5 décembre sur franceinfo Dominique Sopo, président de SOS Racisme, au lendemain de l'interview d'Emmanuel Macron. Dans cet entretien au média Brut, le président de la République a notamment déclaré qu'aujourd'hui, "quand on a une couleur de peau qui n'est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé". "C'est bien que le chef de l'État le dise car pour régler un problème, encore faut-il le reconnaître", a estimé Dominique Sopo.

franceinfo : Dans cet entretien, le président de la République a notamment déclaré qu'aujourd'hui, "quand on a une couleur de peau qui n'est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé". Est-ce que c'est bien qu'il l'ait dit ou a-t-il uniquement rappelé une évidence ?

Dominique Sopo : Les deux. C'est effectivement une évidence qui est documentée statistiquement, et que la justice a même reconnu dans certains cas. C'est la reconnaissance de quelque chose que tout le monde sait. Mais en même temps, c'est bien que le chef de l'État le dise car pour régler un problème, encore faut-il le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi