"Racisés" ou pas, beaucoup de Français ont peur de ce qu'est devenue la police

Baptiste G.
Un policier braque un LBD en direction de la foule durant l'Acte XI des gilets jaunes à Paris, le 26 janvier 2019.

J’ai lu dans Le HuffPost la tribune du policier Grégory Joron en réaction aux déclarations de Camélia Jordana et intitulée: “Nous, policiers, nous sentons haïs et ‘massacrés’.” Je suis un simple citoyen français, je suis blanc, et j’aimerais lui dire à mon tour ce que je ressens.

Depuis plusieurs mois je vois les violences policières à la télé et les forces de l’ordre se plaindre d’une haine anti-flics.

Les forces de l’ordre sont nécessaires au maintien de l’ordre et à la sécurité. Nous avons tous été heureux lors des attentats du Bataclan et de Charlie Hebdo d’avoir des policiers pour nous protéger, déjouer les attentats de ces dernières années. Nous avons été émus lorsque le gendarme Beltrame s’est substitué à une otage lors d’une intervention (je doute que beaucoup d’entre nous l’aurions fait). Le métier de policier n’est pas facile comme l’ont très bien montré les films “Les misérables” ou encore “Polisse”. Il n’est pas acceptable que des gens insultent des policiers, foncent de leur plein gré dans une voiture de police ou y jettent un cocktail Molotov car de fait ils mettent en danger la vie de personnes qui ont aussi une famille et sont des représentants de l’Etat. De plus, lors du Covid-19, ils ont été envoyés en première ligne sans gants ni masques car “immunisés” selon M. Castaner.

 

Leur équipement en manifestation est maintenant totalement disproportionné face à des gens armés de pancartes en carton, foulards et banderoles.

 

Pour autant, il n’est pas acceptable que les violences policières que nous voyons de plus en plus régulièrement continuent:

Comment un simple contrôle routier peut-il se terminer par la mort du livreur?

Comment se fait-il que de plus en plus de groupes qui ne sont pas contre la police ou le gouvernement se font tabasser à la matraque, gazer comme les pompiers (avec qui les forces de l’ordre travaillent), les féministes ou les écologistes?

Comment se fait-il que lors de la mort de Steve à Nantes, aucun témoignage autre que celui des...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post