Pour Rachida Dati, l’État doit reprendre en main la gestion de la Ville de Paris

© Jacques Witt/Sipa

Nouvelles tensions entre Rachida Dati et Anne Hidalgo . Ce mardi matin se tenait le Conseil de Paris. Moins d’une heure après son début, le groupe des Républicains (LR), emmené par la maire du 7e arrondissement, Rachida Dati, a quitté la salle. En cause : l’annonce par la municipalité de la hausse de la taxe foncière. « Vous avez décidé de manière un peu honteuse, un peu cachée une augmentation de 52 % de la taxe foncière, a lancé l'ancienne ministre à Anne Hidalgo. Nous, nous ne serons pas complices ni de ce braquage, ni de cette trahison. » Une scène qui résonne avec ce que fait écho à ses déclarations faites mardi dans Le Parisien . Pour la leader de Changer Paris, le nom du groupe LR au Conseil de Paris, la municipalité menée par Anne Hidalgo réalise « une gestion calamiteuse » de la Ville et demande donc à l’État de reprendre la main.

Lire aussi - Hausse de la taxe foncière : le Conseil de Paris est ​en ébullition

Une promesse de campagne rompue ?

Pour Rachida Dati, l’augmentation de la taxe foncière prouve qu’Anne Hidalgo ne tient pas ses promesses de campagne. La maire de Paris « affirmait encore en mars dernier, et encore juste avant l’été, qu’il n’y aurait pas de hausse d’impôts. Elle concluait ses propos ainsi : ‘Moi, je tiens toujours mes promesses.’ Elle a donc menti avant, pendant et après sa campagne. Cela participe de la perte de crédibilité de la parole publique », explique Rachida Dati au Parisien.

De son côté, Anne Hidalgo a rappelé les motifs qui ont jus...


Lire la suite sur LeJDD