Rachida Dati lève le secret sur son mariage "forcé"

Méfaits de la pression sociale. Quand elle avait 25 ans, en 1992, Rachida Dati s’est unie avec "un algérien" – la seule caractéristique qu’elle a partagée à propos de l’homme qu’elle a épousé trois semaines après leur rencontre. Au micro d’Europe 1, ce dimanche 24 mai, l’ancienne Garde des Sceaux a apporté de nouvelles révélations sur ce mariage qu’elle a voulu annuler un jour après la cérémonie : "Le mariage, c'était pas moi", explique-t-elle à Isabelle Morizet, soulignant le fait que – bien que ses parents ne lui ont jamais imposé de compagnon – elle s’était sentie obligée de se conformer à la tradition : "Mes sœurs se sont toutes mariées jeunes, conditionnées par le fait que c'est bien de se marier et de faire des enfants."

Le 14 novembre 1992, à l’Hôtel de ville, le rejet est immédiat : Rachida Dati, en larmes sur les marches qui la mènent à l'autel, était "sous Lexomil". Le divorce ne suffirait pas, il fallait une annulation. En 1992, une telle opération tenait de la gageure, surtout que le mari en question n’avait aucune envie de rompre leur contrat de mariage. Devant le refus qui lui a été opposé, l’actuelle candidate à la mairie de Paris est allée voir le procureur de la République, sans succès : "Pour lui, mon consentement était éclairé, j'étais lucide, je ne vivais pas chez mes parents, j'étais libre, autonome, donc au sens juridique, il n'y avait pas de pression..."

Fuir et se démener, par "instinct de survie"

Prétextant avoir besoin d’une expérience à l’international,

Retrouvez cet article sur GALA

Laurent Bignolas (Télématin) : qui est sa femme, la discrète Nathalie ?
Marc Lavoine fait une belle déclaration à Line Papin, la “femme de sa vie”
Harry malheureux à Los Angeles : un expert royal dresse un tableau peu brillant
Dan Simkovitch, madame Bellefeuille dans "Les Filles d'à côté", est morte à 66 ans
François Hollande évoque la mort de son père en Ehpad : "Je n'ai pas pu le visiter"