Rachida Dati irrespectueuse envers les Chirac : ce qu’elle doit pourtant à Bernadette

C'est un comportement qui ne passe pas. Quelques jours après la mort de Jacques Chirac, Anne Hidalgo organisait à l'hôtel de Ville de Paris une cérémonie en hommage à celui qui avait été à la fois ancien locataire de la mairie de Paris, mais aussi de l'Elysée. Un moment de recueillement pour de nombreux élus, où avait également été conviée Rachida Dati. Seulement, la maire du VIIe arrondissement de Paris, a surtout brillé pour un comportement jugé "indigne" de la part de certaines personnes présentes, qui ont rapporté au Parisien qu'elle "n'écoutait même pas les discours, elle discutait, rigolait". Une attitude pointée du doigt, d'autant plus que l'ancienne garde des Sceaux doit beaucoup à Bernadette Chirac.

Retour pour cela en 2009. Cinq jours seulement après avoir donné naissance à sa petite Zohra, Rachida Dati avait repris ses fonctions de ministre de la justice, suscitant de vives réactions, notamment parce qu'elle avait choisi d'allaiter sa fille. Et c'est en première ligne que l'épouse de Jacques Chirac avait choisi de prendre sa défense, en expliquant sur Canal+ que ce choix relevait avant tout de "sa vie privée". "Laissons un petit peu Rachida tranquille", enjoignait-elle alors, avant de préciser que l'ancienne Garde des Sceaux est "une femme solide", qui se sentait alors "tout à fait d'attaque pour travailler". "Elle a une excellente équipe, elle organise bien son travail", avait-elle alors précisé.

Très bienveillante envers son "amie", même si elle s'était montrée vacharde

Retrouvez cet article sur GALA

Bernadette Chirac vacharde avec son mari : quand elle le mêlait à la vie sentimentale de Rachida Dati
Rachida Dati "indigne" lors de l'hommage à Jacques Chirac : les critiques fusent
Rachida Dati jugée incorrecte avec les Chirac… malgré leur délicate attention à un moment difficile
Quand Christian Jacob défendait Rachida Dati face aux rumeurs sur Nicolas et Carla Sarkozy
VIDÉO - Carla et Nicolas Sarkozy : ce qu’ils doivent à Bernadette Chirac