Rachida Dati chez les Insoumis a navigué entre punchlines et cours de droit

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

POLITIQUE - C’était le débat le plus attendu de l’université d’été. Rachida Dati, ancienne ministre de la Justice, était invitée à parler justice avec Ugo Bernalicis, député insoumis du Nord. Face à un auditoire, forcément un peu hostile, cette proche de Nicolas Sarkozy a enchaîné punchlines et cours de droit comme vous pouvez le voir dans la vidéo d’article.

L’actuelle maire du 7e arrondissement parisien a débuté son intervention par vanter son action en tant que ministre de la Justice sous la présidence Sarkozy. « La création du contrôleur général des lieux de privation de liberté, la gauche disait que c’était un recul, c’est une avancée », a-t-elle défendu.

Plus tard, c’est en s’adressant à l’auditoire que Rachida Dati a fait sensation. Alors que le public insistait pour qu’elle réponde à la question qui lui était posée, l’élue républicaine a lancé : « Je suis pas aux ordres hein, je suis aussi insoumise », immédiatement applaudie par ceux qui la pressaient quelques instants plus tôt.

Tout au long du débat, Rachida Dati a semblé vouloir intimider son adversaire avec le tact qu’on lui connaît : « Non mais vous n’allez pas vous faire applaudir sur des conneries pareilles, non mais c’est con ! ». Plusieurs fois, Rachida Dati a moqué l’argumentaire de l’Insoumis, concluant par exemple par un infantilisant « ça avait pourtant bien commencé Ugo ».

Malgré quelques envolées de l’ancienne garde des Sceaux, la discussion qui a surtout évoqué le volet carcéral et pénal du thème : « Justice : quelles réformes pour faire face aux évolutions de la société ? » a abordé des points primordiaux, de la problématique de la surpopulation en prison à celle de la lenteur de la justice.

À voir également sur Le HuffPost : Université d’été des Insoumis : des débats plus calmes qu’à l’Assemblée

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi