Rachida Dati : "Anne Hidalgo aggrave la situation"

·1 min de lecture

INTERVIEW - Rachida Dati s'insurge contre les récentes décisions du Conseil de Paris, dirigé par Anne Hidalgo.

Comment appréhendez-vous votre rôle de cheffe de l'opposition municipale à Paris?
Depuis trop longtemps Paris décline. Pour la première fois, la droite, que je préside, a autant d'élus qu'Anne Hidalgo. Ce qui nous oblige à défendre Paris. La délinquance explose, la saleté et les rats prolifèrent, l'espace public reste chaotique, que ce soit pour les transports collectifs, comme l'a dénoncé la présidente de la RATP, ou pour les cyclistes, avec un taux d'accidents en forte hausse. Mme Hidalgo ne se préoccupe pas de Paris, car elle est totalement accaparée par la reconstitution d'un attelage avec les Verts pour 2022.

Comment auriez-vous géré la crise sanitaire, économique et sociale si vous aviez été élue maire de Paris?
Un rapport Insee confirme que Paris est la ville qui a le plus décroché socialement et économiquement : explosion du chômage, aide alimentaire insuffisante, dépôts de bilan en forte hausse… Comment Paris a pu en arriver là avec un budget de plus de 9,5 milliards d'euros, près de 65.000 agents et autant de leviers d'action? Nous avons été nombreux à interpeller Mme Hidalgo dès le printemps pour préparer la ville au déconfinement d'abord, à une éventuelle deuxième vague ensuite. Nous proposions d'utiliser tous les équipements municipaux fermés, comme les gymnases, les conservatoires, les salles municipales, pour dédoubler les classes et les crèches, y accueillir des étudiants pour les cours, d'utiliser les chambres d'hôtel vides pour isoler les personnes positiv...

Lire la suite sur LeJDD

Ce contenu pourrait également vous intéresser :