Rachid Ouramdane : « Défendre un théâtre des diversités esthétiques »

Propos recueillis par Hassina Mechaï
·1 min de lecture
Le 5 avril prochain, Rachid Ouramdane prendra officiellement ses fonctions de nouveau directeur du Théâtre national de Chaillot encore fermé au public.
Le 5 avril prochain, Rachid Ouramdane prendra officiellement ses fonctions de nouveau directeur du Théâtre national de Chaillot encore fermé au public.

Rachid Ouramdane traverse le monde de la danse avec la grâce et l'agilité d'un funambule. Toujours dans l'entre-deux, suspendu entre deux mondes, deux arts, deux mouvements. Après des études au Centre national de danse contemporaine, il crée très vite sa propre compagnie, L'A. S'ensuivra un parcours artistique qui démêle les rets de la frontière, dont il joue tout en la déjouant. Ainsi dans Corps extrêmes, un spectacle qui réunit voltigeurs, highliners et champions d'escalade ou dans Les GrandsRassemblements, le mur scénique entre artistes et spectateurs. Sa nomination à 50 ans intervient en des temps incertains pour la culture, entre crise sanitaire et inquiétude des intermittents du spectacle. Mais le nouveau directeur entend saisir cette crise pour refondre les modes d'accès à la culture. Pour cela, il s'appuiera sur neuf artistes associés : Nacera Belaza, François Chaignaud, Aurélie Charon, Fanny de Chaillé, Dorothée Munyaneza, Faustin Linyekula, Gisèle Vienne, le collectif de cirque XY et le rappeur Kery James, lesquels l'accompagneront durant les cinq ans que durera son mandat. Un geste inclusif, populaire et ouvert, dans la lignée du Théâtre national populaire et des figures tutélaires que furent Jean Vilar puis Antoine Vitez. Entretien.

Le Point Afrique : Dans quel état d'esprit abordez-vous votre nomination ?

Rachid Ouramdane :La provocation, l'affrontement, tout cela ne m'intéresse pas. Cela nous tient à distance les uns des autres. Ce qui m'import [...] Lire la suite