Rachat de Twitter par Elon Musk: la question tendancieuse de Jeff Bezos sur la Chine

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jeff Bezos n'a pas manqué de réagir au rachat de Twitter par Elon Musk. (Photo: Sarafina Spautz/HuffPost)
Jeff Bezos n'a pas manqué de réagir au rachat de Twitter par Elon Musk. (Photo: Sarafina Spautz/HuffPost)

Jeff Bezos n'a pas manqué de réagir au rachat de Twitter par Elon Musk. (Photo: Sarafina Spautz/HuffPost)

TWITTER - Son appétit n’a visiblement pas de limite. Le rachat de Twitter par Elon Musk, pour la coquette somme de 44 milliards de dollars, ne manque pas de susciter questions et réactions. Dont celles de Jeff Bezos, le patron d’Amazon et rival d’Elon Musk dans bien des domaines comme la course à l’espace (Elon Musk dirigeant SpaceX, tandis que Jeff Bezos est à la tête de Blue Origin).

Reprenant un tweet de Mike Forsythe, journaliste au New-York Times, le patron d’Amazon a mis en avant les liens entre Elon Musk et la Chine, en se demandant dans un tweet si le “gouvernement chinois” n’allait pas gagner “un peu d’influence” sur les contenus publiés sur Twitter grâce à cette opération.

Une extension de la censure chinoise?

L’entreprise Tesla, également propriété d’Elon Musk et connu pour ses succès dans la production et la vente de voitures électriques, est en effet largement implantée en Chine, qui est son deuxième plus gros marché. C’est également auprès de fournisseurs chinois que l’entreprise de voitures électriques récupère l’essentiel de ses batteries.

Cette dépendance de Tesla à la Chine aura-t-elle une influence sur les futures décisions d’Elon Musk concernant ce qui est posté (ou non) sur Twitter? C’est ce que se demandent plusieurs observateurs, alors que la Chine a banni Twitter de son territoire -comme de nombreux réseaux sociaux occidentaux qui échappent à la censure en ligne du pouvoir chinois.

La nouvelle acquisition d’Elon Musk pourrait ainsi être une opportunité d’influencer le contenu qui y est diffusé en dehors du territoire chinois. ”Que se passe-t-il si Pékin fait pression sur lui au sujet, par exemple, d’un compte Twitter d’activiste ouïghour ou hongkongais ? Ou sur les robots de désinformation chinois qui exploitent cette plateforme ?”, interrogeait également Melissa Chan, une journaliste américaine, après l’annonce du rachat.

Une rivalité de longue date

Pour autant, après avoir posé la question sur l’influence potentielle des autorités chinoises sur Elon Musk -sans donner la moindre information concrète sur le sujet-, Jeff Bezos a continué ses tweets en estimant que “non, probablement”, la Chine ne gagnera pas d’influence sur Twitter à travers Elon Musk. Selon Bezos, le principal problème que rencontrera son rival sera la “complexité” de l’implantation de Tesla en Chine, plutôt qu’une potentielle censure sur Twitter. Le leader d’Amazon indique ensuite qu’Elon Musk “est extrêmement doué pour naviguer dans ce genre de complexité”.

Reste que la question initiale a bien été posée. Et cette réaction signe un nouvel épisode d’une rivalité entre Jeff Bezos et Elon Musk qui ne date pas d’hier. Immensément riches grâce à des entreprises américaines de nouvelles technologies, les deux milliardaires sont en compétition tant dans le domaine de la fortune accumulée et la conquête de l’espace. Et ne sont alors pas avares de piques, défendant chacun leurs idées publiquement, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Lire aussi sur Le HuffPost:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles