Rachat de Twitter : Elon Musk accuse le réseau social de « fraude »

Selon Elon Musk, Twitter a caché plusieurs informations au moment de son rachat.  - Credit:RYAN LASH / TED Conferences, LLC / AFP
Selon Elon Musk, Twitter a caché plusieurs informations au moment de son rachat. - Credit:RYAN LASH / TED Conferences, LLC / AFP

Le feuilleton judiciaire après l'échec du rachat de Twitter se poursuit. Le patron de Tesla et de SpaceX a accusé le réseau social de « fraude » dans le cadre du procès sur l'accord de 44 milliards de dollars qu'il avait signé pour acquérir le réseau social, mais qu'il cherche désormais à rompre. Le multimilliardaire, dans des arguments déposés jeudi soir devant un tribunal d'affaires de l'État du Delaware, accuse Twitter d'avoir fraudé sur le nombre de comptes monétisables du réseau social, selon ce document judiciaire de 165 pages consulté vendredi par l'Agence France-Presse.

Les avocats d'Elon Musk accusent Twitter d'avoir « masqué la vérité » sur le nombre de 238 millions d'utilisateurs quotidiens monétisables revendiqué par le réseau social. Selon eux, ils sont environ 65 millions de moins et « la majorité des annonces publicitaires » ne seraient diffusées qu'« auprès de moins de 16 millions d'utilisateurs, soit une fraction » de ce que prétend Twitter. La plainte, qui qualifie « les représentations faussées » du réseau social de « péchés », affirme que « Twitter a empêché frénétiquement l'information de circuler dans une tentative désespérée d'empêcher de découvrir la fraude ».

Un rachat à hauteur de 44 milliards de dollars qui tombe à l'eau

À la mi-juillet, Twitter avait attaqué Elon Musk en justice devant la Delaware Court of Chancery, un tribunal spécialisé en droit des affaires, pour le contraindre à honorer son engagement d'acquisition pour 44 mill [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles