Rachat du Lido par Accor : l'activité du cabaret transformée, 157 emplois supprimés

© Riccardo Milani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Une page se tourne pour un emblème des nuits parisiennes qui attirait des touristes du monde entier : le cabaret Le Lido, l'un des symboles de la tradition de la revue, va céder la place à une "salle de spectacles musicaux", a décidé son repreneur, le géant hôtelier Accor, signant ainsi la fin prochaine des revues à plumes. La direction du Lido a présenté jeudi aux représentants du personnel "un projet de réorganisation" qui, dans les faits, va se traduire par la disparition de la troupe permanente. Elle promet à la place "la création d'une programmation de théâtre musical renouvelée, ainsi qu'une refonte du modèle de dîner-spectacle et revue".

 

>> Retrouvez Punchline en replay et en podcast ici 

Le Lido a beaucoup souffert de la crise sanitaire

Créé en 1946 par la famille Clérico et célèbre pour sa troupe-maison, les "Bluebell girls", des danseuses vêtues de plumes aux jambes interminables et au port altier, le Lido a beaucoup souffert comme tout le secteur, des fermetures liées à la crise sanitaire : le chiffre d'affaires des cabarets et music-halls s'est effondré de 80% en 2020. Le nouveau projet au Lido vise à "redonner à cette salle parisienne sa pleine place dans le concert des scènes créatives françaises, nationales et internationales (...) grâce à une nouvelle ligne artistique ambitieuse", a annoncé dans un communiqué la direction.

Un plan de sauvegarde de l'emploi est prévu incluant "la suppression de 157 postes permanents" sur 184, "principalement au sein de...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles