En Israël, le parti arabe Raam pourrait faire chuter Netanyahu

·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
Mansour Abbas le leader du parti Ra'am le 15 mars 2019 à Jérusalem (Photo: RONEN ZVULUN via REUTERS)
Mansour Abbas le leader du parti Ra'am le 15 mars 2019 à Jérusalem (Photo: RONEN ZVULUN via REUTERS)

ISRAËL - Tombera, tombera pas? Le chef de l’opposition israélienne, le centriste Yaïr Lapid, pourrait être en mesure de former un nouveau gouvernement avec d’autres partis politiques, qui souhaitent comme lui tourner la page de l’ère Benjamin Netanyahu, même s’ils ne partagent rien ou presque du point de vue idéologique.

Yaïr Lapid a jusqu’à ce mercredi 2 juin à 23h59 heure locale (22h59 heure française) pour obtenir le soutien de 61 députés, seuil pour prétendre à la formation d’un gouvernement. Mandaté début mai, il compte pour l’instant sur l’appui de 57 députés: outre ses alliés traditionnels de la gauche et du centre (51 voix), il a rallié dimanche le parti de droite radicale Yamina de Naftali Bennett, ouvrant ainsi la porte à une coalition inédite. Il doit donc encore engranger quatre soutiens et compte pour cela sur les partis arabes israéliens, qui ne se sont pas encore clairement positionnés.

Parmi, ces formations arabes, l’appui du parti islamiste Raam, qui dispose de quatre sièges à la Knesset, emmené par Mansour Abbas, dentiste de formation, ne surprendrait pas. Ce dernier avait déjà régulièrement eu des entretiens avec Yaïr Lapid avant la reprise du conflit dans la bande de Gaza. Et, les négociations interrompues le temps des violences ont repris ces dernières semaines, relaie Haaretz, qui évoque en échange des financements pour l’éducation ou la création de nouveaux postes de police dans les quartiers arabes. Il ne serait en revanche pas question d’un poste au gouvernement.

Un parti conservateur aussi courtisé par “Bibi”

Politiquement parlant, le Raam (aussi appelé Liste arabe unie) est, sur le...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles