Le rêve de Reem al Aboud, première femme pilote d’Arabie saoudite

Reem al Aboud n’a que 21 ans. Elle est récemment devenue la plus jeune et première pilote d’Arabie saoudite, dans un pays où, jusqu’en 2018, les femmes n’avaient pas le droit de conduire.

«Le message que je veux faire passer c’est que rien n’est impossible. Les femmes peuvent réaliser des choses !» Reem al Aboud en est l’exemple parfait. A 21 ans, elle est devenue la première et plus jeune pilote automobile d’Arabie saoudite. Un rêve qu’elle avait en elle depuis toujours. Mais comment le réaliser lorsque l’on grandit dans un pays où les femmes n’ont pas le droit conduire? «J’ai toujours su que nous aurions un jour l’autorisation de prendre le volant, alors je n’ai jamais abandonné, j’ai passé des heures, des jours, des semaines à m’entraîner au karting», raconte-t-elle à Paris Match. En septembre 2017, le prince Mohamed Ben Salmane a finalement levé cette interdiction. Un an plus tard, sa mesure entrait en vigueur, laissant enfin des milliers de citoyennes se déplacer seules. «Toutes les Saoudiennes étaient heureuses d’avoir enfin la possibilité de conduire chez elles. En ce qui me concerne, cela signifiait que j’allais finalement avoir la chance de poursuivre mon rêve et ma passion», se souvient-elle. «J’ai toujours su que je voulais devenir pilote professionnelle, il me fallait juste attendre jusqu’à ce qu’une opportunité me permette de le faire dans mon royaume».

A lire :Jutta Kleinschmidt, vainqueure du Dakar : "Perdre contre une femme était une honte pour certains"

Cette passion, Reem ne l’a pas découverte par hasard. Son père, pilote, a très tôt initié sa fille aux sports mécaniques. «Parfois, je dis que c’est dans les gènes, plaisante-t-elle. Depuis mon plus jeune âge je me suis intéressée à ce sport, j’adorais aller voir des courses et j’essayais toujours d’en apprendre plus grâce à l’expérience de mon père.» Naturellement, elle a pu compter sur le soutien de sa famille «depuis le premier(...)


Lire la suite sur Paris Match