Publicité

Le rêve d’un médicament pour allonger l’espérance de vie des gros chiens

On entre dans l’ère des médicaments dont l’objectif n’est plus de soigner mais de prolonger la vie. Et ce n’est probablement pas l’humain qui en bénéficiera en premier, mais son meilleur ami, le chien. “Loyal for Dogs a annoncé que son médicament pour favoriser la longévité, le premier du genre, venait de recevoir le premier des trois feux verts nécessaires pour obtenir une autorisation de la FDA [Food and Drug Administration]” aux États-Unis, indique Business Insider.

La start-up californienne y voit un signe positif pour la suite du développement du LOY-001, un médicament destiné aux chiens de plus de 7 ans et pesant plus de 18 kilos, qu’ils recevraient sous forme d’injection tous les trois à six mois, chez le vétérinaire. Elle prévoit une commercialisation en 2026.

Ce produit s’adresse seulement aux chiens les plus gros. Il existe en effet une “relation inverse entre la taille du chien et son espérance de vie, rappelle Wired. Le magazine cite pour exemple l’espérance de vie qui ne dépasse par huit ans des bouviers bernois ou des dogues allemands, quand celle des chihuahuas peut atteindre vingt ans.

“Certains scientifiques émettent l’hypothèse que des taux élevés d’IGF-1 [une hormone de croissance] entraînent à la fois une croissance rapide et un vieillissement accéléré chez les chiens de grande taille, qui ont généralement une durée de vie plus courte que les chiens de petite taille”, note The New York Times.

D’où l’idée de concevoir un médicament qui inhiberait l’IGF-1. D’ailleurs, il a été déjà démontré chez des modèles animaux plus simples, comme les vers, les mouches et les souris, que cibler l’IGF-1 augmente leur espérance de vie. Pour les chiens, on ne le sait pas encore.

Les premières études, menées sur 130 chiens, ont pour le moment montré que le LOY-001 ramenait bien les taux d’IGF-1 des gros animaux à des niveaux comparables à ceux des chiens de taille moyenne, sans effet secondaire trop important.

Pour déterminer l’effet du médicament sur l’espérance de vie, l’entreprise a planifié une étude de plus grande ampleur qui débutera en 2024 ou 2025, avec environ 1 000 chiens de grande taille âgés d’au moins sept ans”, explique Wired. Chaque toutou recevra soit le candidat-médicament, soit un placebo.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :