Révélations sur une folle soirée clandestine à Joinville-le-Pont

Par Aziz Zemouri
·1 min de lecture
Images issues d'un compte privé sur SnapChat où l'on voit une fête clandestine dans la nuit de vendredi 13 novembre avec plus de 300 personnes.  
Images issues d'un compte privé sur SnapChat où l'on voit une fête clandestine dans la nuit de vendredi 13 novembre avec plus de 300 personnes.

Choukri C., 43 ans, n'aura pas eu le temps de profiter des bénéfices qu'il a tirés de l'organisation d'une soirée qui a réuni, selon la police, près de 300 personnes à Joinville-le-Pont samedi, c'est-à-dire en période de résurgence du Covid-19 et en plein confinement? Présenté comme le vigile de la soirée, il en est en réalité l'organisateur, selon les investigations menées par la sûreté territoriale du Val-de-Marne. À la suite de l'intervention de la police, le parquet de Créteil a ouvert une enquête pour violence, mise en danger de la vie d'autrui et organisation d'une soirée sans autorisation.

Connu de la police, Choukri C. a été interpellé dimanche au domicile de sa petite amie dans le Val-d'Oise. D'après une source proche de l'enquête, il s'est spécialisé dans l'organisation de ce genre de soirées non déclarées par le biais de réseaux sociaux, comme Snapchat et Instagram. Le ticket d'entrée serait fixé à 150 euros.

Ex-propriété de Marc Dorcel

Le propriétaire de la villa, David L., 37 ans, qui vit à Saint-Mandé, s'était présenté avec son avocat aux services de police. Il a été placé en garde à vue. Il a déclaré que sa maison était squattée et qu'il ignorait tout de la soirée qui s'y est déroulée. Néanmoins, les enquêteurs ont découvert qu'un véhicule utilisé par « l'organisateur » appartenait à David L., dont la garde à vue a été prolongée.

La 3e personne en garde à vue, un homme présenté comme le gardien, est en réalité un sans-papiers sans domicile fixe [...] Lire la suite