La réussite de la COP27 est une «une question de vie ou de mort»

© REUTERS/Thaier Al-Sudani

Quelque 200 pays se retrouvent à partir de dimanche à Charm el-Cheikh en Egypte pour tenter de donner un nouveau souffle à la lutte contre le réchauffement climatique et ses impacts qui déferlent dans un monde divisé et préoccupé par d'autres crises.

À lire aussi Climat: le réchauffement en France s'annonce pire que prévu

La 27e conférence de l'ONU sur le climat (COP27), qui commence ce dimanche pour deux semaines, "doit poser les fondations pour une action climatique plus rapide et plus courageuse, maintenant et pendant cette décennie qui décidera si le combat pour le climat est gagné ou perdu", a-t-il mis en garde.

Les émissions de gaz à effet de serre doivent en effet baisser de 45% d'ici 2030 pour avoir une chance de limiter le réchauffement à 1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, objectif le plus ambitieux de l'accord de Paris.

Mais les engagements actuels des Etats signataires, s'ils étaient enfin respectés, entraîneraient une hausse de 5 à 10%, mettant le monde sur une trajectoire au mieux de 2,4°C d'ici la fin du siècle. Loin de respecter l'objectif principal de l'accord de Paris de moins de 2°C par rapport à l'époque où les humains ont commencé à brûler à grande échelle les énergies fossiles (charbon, pétrole ou gaz) responsables du réchauffement.

À lire aussi Le changement climatique menace un milliard d'enfants

Un catastrophique +2,8°C se profile

Avec les politiques menées actuellement, c'est un catastrophique +2,8°C qui se profile. "...


Lire la suite sur ParisMatch