Environnement dans la Constitution : « le Congrès plutôt que le référendum »

Propos recueillis par Valérie Peiffer
·1 min de lecture
Matthieu Orphelin en octobre 2020.
Matthieu Orphelin en octobre 2020.

Ancien partisan d'Emmanuel Macron, le député de Maine-et-Loire, qui a quitté le groupe LREM de l'Assemblée nationale en février 2019, s'est mué en franc-tireur. Depuis son départ de la majorité, ce proche de Nicolas Hulot n'a de cesse d'interpeller le président de la République pour faire avancer la cause écologique. Aujourd'hui, alors que le projet de loi constitutionnelle visant à intégrer la défense de l'environnement dans l'article 1 de la Constitution vient d'être présenté en conseil des ministres, Matthieu Orphelin a enjoint à Emmanuel Macron de convoquer le Congrès plutôt que de faire un référendum pour modifier la Constitution.

Le Point : Le référendum pour introduire la biodiversité et le climat dans la Constitution n'est finalement pas une bonne idée ?

Matthieu Orphelin : Il faut aller vite, car cela va être utile d'introduire ces deux notions dans l'article 1 de la Constitution et encore plus utile si le texte stipule que « la République garantit la préservation de la biodiversité, de l'environnement, et la lutte contre le dérèglement climatique ». Le verbe garantir est une avancée considérable qui impose à l'État une obligation de résultat. C'est pourquoi j'invite le chef de l'État à soumettre ce projet de révision constitutionnelle aux deux chambres du Parlement réunies en Congrès. Réunir le Congrès permettrait une adoption définitive du projet avant l'été. C'est aussi une manière de réconcilier l'ensemble des forces politiques sur ce sujet. Ce [...] Lire la suite