Réunions non mixtes : Xavier Bertrand déclare la guerre à l’Unef

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
« La France n'est pas un pays raciste, d'injustices », a clamé Xavier Bertrand sur Europe 1.
« La France n'est pas un pays raciste, d'injustices », a clamé Xavier Bertrand sur Europe 1.

Les réunions non mixtes racisées de l'Unef continuent de faire polémique. Et le syndicat étudiant se fait de plus en plus d'ennemis. Le dernier en date n'est autre que Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, ancien ministre de Nicolas Sarkozy et candidat récemment déclaré à l'élection présidentielle de 2022. L'homme politique semble même vouloir faire la guerre à l'organisation syndicale. Invité, dimanche 28 mars, du Grand Rendez-Vous d'Europe 1/Les Échos et CNews, il a laissé entendre que les financements publics de l'Unef devraient être suspendus.

« L'Unef ne devrait plus avoir de financements publics, [et] ne devrait pas siéger dans des institutions publiques », a ainsi estimé Xavier Bertrand. Il est même allé plus loin et a indiqué qu'il avait écrit au préfet de sa région afin de « lui demander que la place de l'Unef au sein du conseil économique et social régional ne soit plus une évidence, ne soit pas justifiée ». Il réclame du gouvernement qu'il adopte la même démarche vis-à-vis du syndicat.

La polémique autour de l'Unef ne faiblit pas

L'Unef a créé la controverse il y a plusieurs jours lorsque sa présidente, Mélanie Luce, a confirmé sur Europe 1 que des réunions non mixtes racisées étaient organisées afin de « permettre aux personnes touchées par le racisme d'exprimer ce qu'elles subissent ». Des déclarations qui ont immédiatement provoqué le soulèvement d'une partie de la classe politique.

À LIRE AUSSIDamon ? Dissoudre l'Unef, quelle [...] Lire la suite