Réunions non-mixtes : des propos d'Audrey Pulvar font polémique à droite

·2 min de lecture

Lors d'un entretien sur BFM-TV, la candidate PS pour les régionales en Île-de-France Audrey Pulvar a déclaré qu'une personne blanche qui assisterait à une réunion non-mixte pourrait rester "spectateur silencieux". Des propos qui provoquent de vives réactions à droite et au sein de la majorité LREM.

La candidate PS pour les régionales en Île-de-France, Audrey Pulvar, a fait bondir la droite dimanche en estimant qu'une personne blanche qui assisterait à une réunion non-mixte pourrait rester "spectateur silencieux".

Interrogée samedi par BFMTV sur la polémique autour du syndicat étudiant Unef, l'adjointe à la mairie de Paris a déclaré : "Que des personnes discriminées pour les mêmes raisons et de la même façon sentent la nécessité de se réunir entre elles pour en discuter, ça ne me choque pas profondément." Et "s'il se trouve que vient à cet atelier une femme blanche, un homme blanc, il n'est pas question de la ou le jeter. En revanche, on peut lui demander de se taire, d'être spectateur ou spectatrice silencieux."

Ces déclarations interviennent après une semaine d'intenses polémiques autour de l'Unef dont la présidente, Mélanie Luce, avait défendu l'organisation de réunions "non-mixtes" pour "permettre aux personnes touchées par le racisme de pouvoir exprimer ce qu'elles subissent". Invité dimanche du Grand rendez-vous Europe 1/Les Echos/CNews, le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand a estimé que le syndicat "ne devrait plus avoir de financements publics", et a d'ailleurs fustigé la déclaration d'Audrey Pulvar.

"Il n'y a pas de racisme 'acceptable'", réagit Valérie Pécresse

Les propos d'Audrey Pulvar, une proche d'Anne Hidalgo, ont provoqué des commentaires indignés à droite, à l'extrême droite et jusque dans la majorité présidentielle. "Dans ma région, aucun hab...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu pourrait également vous intéresser :