Réunions non-mixtes : pour Bertrand, "l'Unef ne devrait plus avoir de financements publics"

·1 min de lecture

Alors que l'Unef est toujours engluée dans la polémique autour de réunions non mixtes racisées organisées ponctuellement en son sein, le sujet continue de diviser la classe politique. Invité dimanche du Grand rendez-vous Europe 1/Les Echos/Cnews, le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand a fustigé le syndicat étudiant, et va jusqu'à remettre en cause son financement public. "L'Unef ne devrait plus avoir de financements publics, ne devrait pas siéger dans des institutions publiques", estime le candidat à la prochaine élection présidentielle.

"J'ai moi-même écrit à mon préfet pour lui demander que la place de l'UNEF au sein du Conseil économique et social régional ne soit plus une évidence. J'attends du gouvernement qu'il dise la même chose", poursuit l'ancien LR.  

"La France n'est pas un pays raciste"

Plus globalement, Xavier Bertrand dénonce "les thèses racialistes" et ce qu'il appelle "la cancel culture". "Ceux qui propagent cette culture et utilisent ces thèses racialistes mènent un combat idéologique et une attaque frontale contre les valeurs de la France", juge-t-il. Et de poursuivre : "J'en ai assez. Ça suffit ! La France n'est pas un pays raciste, pas un pays d'injustice". 

>> Plus d'informations à suivre


Retrouvez cet article sur Europe1