Réunions non-mixtes à l'Unef : "C'est très dangereux", juge Anne Hidalgo

·1 min de lecture

Les réunions non-mixtes organisées par l'Unef continue de diviser la classe politique. Alors que plusieurs députés de droite et d’extrême-droite ont appelé à la dissolution du syndicat étudiant, la maire de Paris Anne Hidalgo a de son côté jugé ses pratiques "dangereuses". "C'est très dangereux. Mes convictions sont des convictions républicaines. Il faut qu'on arrive à mieux faire partager en quoi les valeurs républicaines et la laïcité sont un trésor qui nous permet de vivre ensemble, quelles que soient nos convictions, intimes, religieuses ou politiques. Il faut que l'on revienne sur ce que ces valeurs de la République nous permettent vraiment de vivre ensemble de façon pacifiée", a développé Anne Hidalgo, dimanche, dans l’émission le Grand Rendez-vous, sur Europe 1. 

>> Retrouvez le Grand Rendez-vous tous les dimanches de 10h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

"Pas dans l'incantation"

"Par exemple, lorsque je dis que je suis républicaine et attaché aux valeurs républicaines, ça ne veut pas dire que je considère qu'il n'y a rien à changer. Il ne faut pas être simplement dans l'incantation des valeurs républicaines", a ensuite ajouté la maire de Paris. 

La présidente de l'Unef Mélanie Luce avait affirmé mercredi sur Europe 1 que, comme pour les femmes victimes de discriminations, le syndicat "organise des réunions pour permettre aux personnes touchées par le racisme de pouvoir exprimer ce qu'elles subissent". Mais "aucune décision n'est prise en no...


Lire la suite sur Europe1