La Réunion : les morts des deux randonneurs seraient liées à la chaleur et aux gaz du volcan

S. V.
·2 min de lecture

"Ce n'est pas encore très précis" mais les décès seraient liés "à une exposition thermique et toxique", a déclaré la procureur.

Les deux jeunes randonneurs retrouvés morts jeudi à proximité du Piton de la Fournaise ont été victimes de la chaleur et des gaz toxiques d'un cône éruptif du volcan, selon les résultats d'une première autopsie, a indiqué le parquet de Saint-Pierre vendredi après-midi.

"Ce n'est pas encore très précis" mais les décès seraient liés "à une exposition thermique et toxique", a déclaré la procureur Caroline Calbo lors d'un point presse tenu avec le Dr Berthézène, chef du service de médecine légale de Saint-Denis, après l'autopsie pratiquée vendredi matin. "Des analyses complémentaires" vont être menées, a précisé la magistrate.

Deux étudiants

Les corps des deux victimes, âgées de 19 ans, ont été retrouvés jeudi matin par le peloton de gendarmerie de haute montagne dans l'enclos, la caldeira centrale du Piton de la Fournaise, en éruption depuis le 10 avril. En raison des risques d'accident, un arrêté préfectoral avait auparavant interdit au public l'accès à ce site.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les deux jeunes hommes s'étaient rendus dans l'enclos mardi. Ils avaient prévu de dormir sur place et devaient retrouver leurs familles mercredi sur le parking donnant accès à la caldeira, mais ne se sont jamais présentés au point de rendez-vous. L'alerte a été donnée par leurs proches.

L'identité des deux victimes n'a pas été rendue publique "par égard pour les familles", a souligné le parquet. Les deux jeunes hommes étaient étudiants de la faculté des sciences et technologies de La Réunion, selon la rectrice de région académique Chantal Manès-Bonnisseau.

L'un des volcans les plus actifs au monde 

Situé dans une zone inhabitée du sud-est de La Réunion, le Piton de la Fournaise est l'un des volcans les plus actifs au monde. Il est entré en éruption à une vingtaine de reprises au cours des dix dernières années. Ses jaillissements provoquent un écoulement de lave très spectaculaire.

Comme lors des précédentes occurrences, de nombreux habitants de l'île se sont déplacés pour admirer l'éruption. Cet engouement a conduit le préfet à décider de restrictions supplémentaires en interdisant les bivouacs sur place la semaine dernière.

Les accidents de randonnées sont assez courants sur les sentiers du volcan mais rarement mortels. En 2003, un jeune homme qui voulait photographier l'éruption était mort carbonisé après être tombé dans une crevasse à proximité d'une coulée de lave.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu pourrait également vous intéresser :