La Réunion : la lutte acharnée de la gendarmerie contre les violences familiales

Les violences familiales constituent une réalité presque banale au sein des foyers réunionnais. C’est aussi le quotidien d’une unité spécialisée dans la gendarmerie qui lutte contre ce fléau. Les enquêteurs doivent par exemple entendre un couple accusé d’avoir battu ses enfants. "Pourquoi on en est arrivés à de telles extrémités ?", demande l’enquêtrice à une mère en lui montrant les photos d’hématomes et de brûlures de son fils. Celle-ci nie en bloc : "Je n’ai jamais été une maman violence. Je suis une maman poule, hyper protectrice." Le déni des parents Le beau-père minimise aussi les faits : "Des violences ? Pas tellement… Je reconnais avoir donné la fessée. Ça aussi, ce sont des violences ?" Preuve de son aveuglement. "On a des enfants qui sont assez facilement violentés par les parents, on a la gifle facile. La maman ne se remet pas en question. Pour elle, c’est l’éducation", explique Roxane le Vourc’h, maréchal des logis chef du groupe Violences Intrafamiliales. En outre, à la Réunion, les violences familiales sont 60 % plus importantes que dans l’Hexagone.