La Réunion: 69 migrants accostent à bord d'un bateau de pêche sri-lankais

Un navire de pêche sri lankais transportant 69 personnes a accosté samedi matin à La Réunion, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Les services préfectoraux ont compté sept femmes et six enfants parmi les passagers, qui ont été "pris en charge par les services de l'Etat pour leur bilan sanitaire et leur placement en zone d'attente".

"Ils feront ensuite l'objet d'entretiens avec l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) pour statuer sur leur admission au séjour", a ajouté la préfecture dans un communiqué.

Repéré au large des côtes de l'île il y a plusieurs jours, le bateau a été escorté vers le port de la pointe des Galets (ouest de l'île) par la gendarmerie nautique et a accosté vers 04H40 (01H40 à Paris).

Cette arrivée intervient alors que 46 migrants, également sri lankais, ont été reconduits dans leur pays vendredi, après avoir débarqué le 24 décembre.

Lors d'une conférence de presse vendredi après-midi, le préfet local, Jérôme Filippini, a expliqué que ces nouveaux migrants seraient aussi renvoyés au Sri Lanka dans une semaine, "s'ils n'ont pas vocation à rester".

Quatre navires en provenance du Sri Lanka, avec un total de 122 passagers à leur bord, ont accosté sur l'île en 2022. Entre mars 2018 et avril 2019, 275 personnes en provenance du Sri Lanka étaient arrivées à La Réunion.

Sur l'ensemble des 397 migrants, qui ont tous demandé l'asile, 121 ont été autorisées à rester sur le territoire français.

"Notre message est: +La Réunion n’est pas une bonne destination pour ces odyssées dangereuses+", a déclaré M. Filippini.

Près de 4.000 km d'océan séparent La Réunion du Sri Lanka, pays de 22 millions d'habitants miné par une crise économique profonde.

"On essaie toujours de savoir comment fonctionnent les filières de passeurs. La question reste de savoir s’il y a des représentants de ces filières à La Réunion", a souligné le préfet.

"Les autorités sri lankaises démantèlent des départs organisés par des passeurs. Mais il y aura sûrement d'autres arrivées dans les jours et les mois prochains" a conclu le représentant de l'Etat.

mah/tmt/juf