Réunie à Addis Abeba, l'Union africaine voudrait faire taire des armes "de plus en plus bruyantes" sur le continent

franceinfo avec AFP

Il y a sept ans, lors des célébrations du cinquantième anniversaire de l'Union africaine (UA), les dirigeants du continent avaient déjà promis de "mettre un terme à toutes les guerres en Afrique d'ici à 2020". On est loin du compte. Des progrès ont certes été enregistrés dernièrement en Centrafrique ou au Soudan mais, du Cameroun au Mozambique, de nouvelles crises sont venues s'ajouter à celles qui déchirent déjà des pays comme la Libye ou le Soudan du Sud. S'adressant le 6 février 2020 aux ministres africains des Affaires étrangères, le président de la Commission de l'UA Moussa Faki a dressé un portrait peu flatteur de la situation en Afrique, du Sahel à la Somalie, assurant que l'objectif manqué de 2020 révélait "la complexité de la problématique sécuritaire en Afrique". Le thème sera au centre des débats du sommet de l'UA réuni à Addis Abeba, la capitale éthiopienne, les 9 et 10 février.

"La promotion d'une Afrique sûre et en paix"

Estimant que "les armes sont de plus en plus bruyantes", Solomon Dersso, chef de l'organe de l'UA en charge des droits de l'Homme, s'est montré un brin ironique dans un éditorial publié par le journal sud-africain Mail&Guardian : "Cela ressemble à un pied de nez au thème de l'année."

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui succède à l'Egyptien (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi