Rétrospective Baldung Grien à Karlsruhe : l’érotisme sacré d'un peintre de la Renaissance

Chrystel Chabert

Son nom est moins connu que celui de ses contemporains, Dürer, Cranach, Holbein et Grünewald. Et pourtant Hans Baldung Grien (1484/85 – 1545) est un des plus grands peintres de la Renaissance, l'un des plus singuliers aussi.

Le Staatliche Kunsthalle, le Musée National des Beaux-Arts de Karlsruhe en Allemagne, lui consacre donc une grande rétrospective rassemblant peintures, dessins, sculptures sur bois, illustrations de livres et vitraux. Au total, plus de 200 oeuvres à découvrir du 30 novembre 2019 au 8 mars 2020.


Strasbourgeois d'adoption

Né allemand, Hans Baldung Grien (dit "Baldung Grien") a commencé sa vie professionnelle dans les ateliers de Dürer à Nurembreg mais c'est à Strasbourg qu'il s'est établi et qu'il a prospéré. Il a trente ans quand il réalise l’un de ses chefs-d’œuvre, un retable pour le maître-autel de la cathédrale de Fribourg.


L'exposition de la Kunsthalle de Karlsruhe est présentée de façon chronologique pour montrer l'évolution du style de l'artiste influencé à ses débuts par l'art gothique finissant, puis par la Renaissance avant de déboucher sur une production plus personnelle affiliée au maniérisme.


Sacré et profane

Ce qui fait de Hans Baldung Grien un peintre singulier, c'est cette façon très personnelle de mêler sacré et profane. L'artiste réalise de grands retables, des vitraux lumineux et des images pieuses. Mais il est aussi (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi