Dans le rétro : comment le festival d'Avignon est devenu un rendez-vous théâtral mondial

Tout a commencé en 1947 dans le cadre d’une exposition d’art contemporain. Le metteur en scène Jean Vilar présente trois pièces dans trois lieux différents : Tobie et Sara de Paul Claudel, La Terrasse de midi de Maurice Clavel et un Shakespeare peu connu pour l'époque, Richard II. Une pièce qui révèle au grand public une toute jeune comédienne, une certaine Jeanne Moreau. Cette expérience a marqué l'actrice :"J’ai commencé a joué au premier festival d’Avignon, c’est Jean Vilar qui m’a fait jouer la comédie pour la première fois, je faisais une suivante de la reine dans Richard II". Décentralisation et histoire en plein air L'homme de théâtre réussit à convaincre les élus de lui offrir la cour d'honneur du palais des papes. Des chaises sont installées pour les spectateurs et un plateau est mis à la disposition des acteurs. Un lieu mythique qui met les artistes à l'épreuve par son immensité. Une scène à ciel ouvert qui restera pendant longtemps le principal lieu du festival. Dans les premières années du festival, les spectateurs et comédiens se retrouvent aussi dans un jardin aménagé en scène. "Cette scène, il fallait voir comme elle était montée, sur des fûts d’essence... Ça faisait un bruit infernal mais ça avait son charme", se souvient à l'époque le guide du palais des Papes. Loin des esprits parisiens, Jean Vilar avait inventé le théâtre populaire, qui allait devenir, en 74 ans d'existence, une place incontournable de la scène théâtrale mondiale.