Dans le rétro 2002

Libération.fr


«La monarchie présidentielle est blessée à mort»

Je trouve que [cette campagne présidentielle] est symptomatique d’une crise de la fonction présidentielle érigée comme l’alpha et l’oméga de la Ve République. Il est frappant de constater que les deux supposés candidats du second tour ne recueillent chacun, dans les enquêtes d’opinion, que 20% des suffrages. Si on ajoute à cela les chiffres attendus de l’abstention, l’élu final ne sera donc pas représentatif de grand-chose. La monarchie présidentielle est blessée à mort, avec la complicité quotidienne de tous les commentateurs de sondages. Nous assistons à une mort médiatique, une implosion silencieuse et lente du régime. Une crise qui se paye cher : le dégoût, l’abstention, le rejet de la politique.

Extrait d’une interview de Bastien François, professeur à Paris-I, parue dans Libération le 1er avril 2002

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

A Sarcelles, Hollande exprime sa «grande fierté» sur l’école
Présidentielle: les candidats à s’engagent à augmenter le budget de la justice
L’homme qui vole plus vite que la loi
Syndicats, fraude fiscale en Suisse, hépatite C : l'actu de ce vendredi
L'affaire Kerviel, poison pour la justice française

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages