Dans le rétro 1995

Libération.fr


Balladur et le mélange des genres

Avec un pied à Matignon et l’autre en route pour l’Elysée, bien qu’il se défende de mélanger les genres, le Premier ministre a semé le doute parmi les électeurs et déconcerté ses propres soutiens. «J’espère que vous ferez bien la différence entre le Premier ministre et le candidat.» Dans le train qui l’emmène ce jour-là à Rouen, Balladur fait la morale aux journalistes. Quelques heures plus tard, il se livre à une séance de photos-souvenirs avec le gratin de la balladurie locale. Surprenant le regard de la presse qui ricane, il lance : «J’espère que vous avez tous compris ce qu’est un déplacement de Premier ministre.» Ce mélange des genres est sans doute ce qui a coûté le plus cher au candidat : en étant à la fois Premier ministre et candidat, en mettant en avant l’évidence de sa candidature censée déboucher sur une élection non moins évidente, il a probablement agacé l’électorat et désemparé ses soutiens.

Extrait de Libération du 6 mars 1995.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

«Je suis tombé de ma chaise quand j’ai appris que Macron proposait […] la liberté de recruter des enseignants.»
Face aux enquêteurs, une défense évasive pour les Fillon
Impasse
«Profs et PS vivent en union libre»
Fillon exclut de se retirer: «personne ne peut aujourd’hui m’empêcher d’être candidat»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages