Rétention d'eau : qu'est-ce que je mange pour ne plus avoir des jambes comme des poteaux ?

![CDATA[Shutterstock / S_L]]

Chevilles qui gonflent, en particulier en fin de journée, picotement, sensation de jambes lourdes... Près d'une femme sur deux est sujette à la rétention d'eau. "Il s'agit d'une accumulation d'eau, surtout dans le bas du corps, en raison de la gravité. Les veines peinent à faire remonter le sang vers le cœur", explique Marie-Laure André, diététicienne.

Les raisons sont multiples et principalement génétiques (avec une fragilité au niveau des veines) et hormonales (l'arrivée des règles et la grossesse aggravent le problème). Mais il existe également des causes sur lesquelles on peut agir. La chaleur qui dilate les veines favorise la rétention d'eau : gare au sauna, hammam, chauffage par le sol, épilation à la cire... La position statique, debout ou assis, est aussi délétère. La marche est en effet essentielle au bon retour veineux : en comprimant les veines du pied, elle aide le sang à remonter. Le sport est aussi excellent puisque des mollets bien musclés forment une contention naturelle.

Enfin, ce que l'on met dans son assiette est déterminant : certains aliments retiennent l'eau, tandis que d'autres aident à l'éliminer.

Rétention d'eau : les aliments à éviter absolument

  • Le sel. "Le sodium retient l'eau hors des cellules et favorise la rétention d 'eau, il faut faire attention de ne pas trop en consommer. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de ne pas dépasser les 5 g de sel par jour, or nous en avalons en moyenne le double", observe

Lire la suite sur Topsante.com

Glaçons qui coulent, beaucoup de bulles… Non, ces signes ne permettent pas de savoir si votre verre a été drogué
20 % des Français ont déjà bu de l'eau du robinet "non-conforme"
Les médecins vont-ils bientôt facturer les consultations annulées par les patients ?
CHIFFRES COVID FRANCE. Ce vendredi 23 septembre 2022 : cas, les infos du jour en direct
Etre infecté par le Covid-19 augmente le risque de caillots sanguins, même un an après