Résultats présidentielle 2022: Emmanuel Macron réélu avec 58,54% des voix

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron a été réélu président de la République, dimanche 24 avril 2022 - PIERRE-OSCAR BRUNET / BFMTV
Emmanuel Macron a été réélu président de la République, dimanche 24 avril 2022 - PIERRE-OSCAR BRUNET / BFMTV

876450610001_6304993368001

Emmanuel Macron sécurise un nouveau quinquennat à l’Élysée. Le chef de l’État sortant remporte le second tour de l’élection présidentielle ce dimanche soir, avec 58,54% des voix au second tour de l’élection présidentielle, contre 41,46% pour sa rivale Marine Le Pen, selon les résultats définitifs communiqués par le ministère de l'Intérieur.

>> Présidentielle 2022: découvrez les résultats du second tour sur notre plateforme, suivez les réactions et les analyses en direct

La victoire est cependant bien moins nette qu’en 2017. À l’époque, déjà opposé à la candidate du Rassemblement national (RN) au second tour, Emmanuel Macron l’avait emporté avec 66,10% des suffrages pour En Marche – 7,56 points de plus qu’aujourd’hui.

Le président-candidat a pourtant à nouveau bénéficié de multiples appels au vote en sa faveur à l’issue du premier tour: Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Valérie Pécresse ont clairement encouragé à voter pour lui quand Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel ont exhorté leurs soutiens à faire barrage à l’extrême droite.

Un mandat perturbé, une campagne tardive

Cette reconduction à l’Élysée intervient à l’issue d’un mandat compliqué pour Emmanuel Macron, marqué par la colère des gilets jaunes, la mobilisation contre la réforme des retraites, le Covid-19 et les multiples confinements et couvre-feux imposés et, dans la dernière ligne droite de la campagne, l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Emmanuel Macron s’est d’ailleurs déclaré tardivement, annonçant sa candidature à l’élection présidentielle seulement début mars, un peu plus de cinq semaines avant le premier tour du scrutin.

"Je suis candidat pour inventer avec vous, face aux défis du siècle, une réponse française et européenne singulière", avait-il expliqué dans une lettre aux Français publiée dans la presse.

Il a ensuite mené une campagne éclair, avec peu de déplacements et des interviews sporadiques dans les médias, et sans débat préalable avec ses 11 rivaux.

Durant sa campagne de premier tour, le président de la République a notamment marqué les esprits avec sa volonté de repousser l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans ou sa proposition de conditionner le versement du RSA à des heures d’activité pour certains allocataires. En parallèle, le candidat a défendu l’idée de tripler la "prime Macron" jusqu’à 6000 euros, de relever à 1100 euros la retraite minimum à taux plein, ou encore de supprimer la redevance audiovisuelle.

Changement de ton dans l'entre-deux-tours

Arrivé en tête le 10 avril avec 27,85% des voix, devant Marine Le Pen (23,15%) et Jean-Luc Mélenchon (21,95%), Emmanuel Macron avait lancé un appel aux électeurs de ses adversaires, se disant "prêt à inventer quelque chose de nouveau pour rassembler les convictions et sensibilités diverses pour bâtir avec eux une action commune, au service de notre Nation, pour les années qui viennent".

Le président-candidat a ensuite changé de stratégie pour l’entre-deux-tours, multipliant les déplacements sur le terrain, y compris dans des terres peu favorables, ce qui a donné lieu à plusieurs séquences de confrontation avec des opposants.

876450610001_6304632122001

Il s’est également montré beaucoup plus présent dans les médias, accordant de nombreuses interviews, et a dû se plier à l’exercice du débat avec sa rivale d’extrême droite – un duel dont il est ressorti largement vainqueur, avec 59% des téléspectateurs jugeant sa prestation plus "convaincante", selon notre sondage Elabe pour BFMTV et L’Express avec notre partenaire SFR.

Le chef de l’État a également amendé son discours, laissant la porte ouverte à des "concertations" sur la réforme des retraites et le recul de l’âge de départ à 65 ans, mais aussi en multipliant les appels du pied à gauche et notamment à l’électorat sensible aux questions écologiques: en meeting à Marseille dans l’entre-deux-tours, Emmanuel Macron a par exemple annoncé que son futur Premier ministre "sera directement chargé de la planification écologique" afin d'aller "deux fois plus vite" pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Désormais réélu, Emmanuel Macron va devoir se tourner vers le "troisième tour" de l’élection présidentielle, les législatives programmées les 12 et 19 juin, pour espérer bénéficier d’une majorité stable pour gouverner. Dans l’intervalle, le chef de l’État sortant a déjà annoncé que Jean Castex resterait Premier ministre dans les prochains jours, avant la nomination d’un nouveau gouvernement.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles