Résultats législatives: le Rassemblement national a plus de députés que La France insoumise

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen - AFP - BFMTV
Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen - AFP - BFMTV

Une vraie victoire pour le Rassemblement national. À la surprise générale, le parti d'extrême droite a raflé 90 sièges à l'Assemblée nationale selon le décompte réalisée par l'institut Elabe pour BFMTV-RMC et L’Express avec notre partenaire SFR. Un score qui pourrait même faire du RN le principal groupe d'opposition au Parlement.

En effet, si la Nupes a obtenu un total de 147 sièges, la coalition devrait être divisée en plusieurs groupes distincts. Dans ce cas, si la France insoumise (LFI), le Parti socialiste (PS), Europe Écologie-Les Verts (EELV) et le Parti communiste français (PCF) forment se séparent, aucun ne dépasse les 90 sièges du Rassemblement national.

LFI, qui compte le plus d'élus, a en effet gagné 84 sièges de députés, selon notre décompte. Six de moins que le RN.

Le RN à un niveau historique

Olivier Faure, chef de file du Parti socialiste, refuse cependant de voir dans le Rassemblement national le premier parti d'opposition. "Nous avons constitué une alliance que je ne veux pas voir s'effondrer au lendemain de l'élection et nous allons continuer à travailler ensemble", a-t-il estimé sur BFMTV.

Quoi qu'il en soit, cette nouvelle puissance du RN est historique. En effet, jamais depuis 1986 le parti d'extrême droite n'avait obtenu un groupe à l'Assemblée nationale. Cette année-là, 35 députés étaient entrés dans l'hémicycle. Avec ses 90 élus, l'influence de Rassemblement national sera encore plus importante.

Parmi les conséquences possibles: le dépôt d'une motion de censure. Il faut en effet 58 députés pour pouvoir activer ce levier qui vise à renverser un gouvernement. Cela ne garantit en rien son succès, puisqu'il faut atteindre une majorité absolue lors du vote de la motion pour contraindre le gouvernement à la démission.

Mais le camp présidentiel reste vulnérable, puisqu'il ne possède pas les 289 députés pour se protéger à coup sûr d'un tel scénario, qui n'a eu lieu qu'une seule fois sous la Ve République, en 1962.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles