Résultats législatives: dans le Finistère, Richard Ferrand battu de peu par la Nupes

Richard Ferrand le 17 mai 2022 à l'Assemblée nationale  - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Richard Ferrand le 17 mai 2022 à l'Assemblée nationale - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Richard Ferrand céde sa place au Perchoir. Le président de l'Assemblée nationale est battu dans la 6e circonscription du Finistère dont il est député sortant. Face à Mélanie Thomin, la candidate de la Nupes (50,85 %), il n'a récolté que 49,5% des voix. Un score serré qui offre une victoire symbolique pour la coalition de gauche et une défaite cuisante pour la majorité présidentielle.

"Je viens de prendre acte des résultats indiquant que les électrices et les électeurs de la 6e circonscription du Finistère ont choisi d'élire députée ma concurrente", a déclaré ce dimanche soir le pilier de la macronie, adressant également ses "félicitations" et "voeux de plein succès" à son adversaire.

Descente du Perchoir

Au premier tour pourtant, le Breton avait bénéficié de 33,56% de suffrages face son adversaire de gauche (31,16%). Élu dès 1998 au conseil départemental du Finistère sous les couleurs socialistes, avant d'être conseiller régional puis député depuis 2012, Richard Ferrand avait bénéficié d'un fort ancrage local qui n'a plus suffi au second tour des législatives.

Dans cette circonscription qui a placé Emmanuel Macron en tête au premier tour (29,7%), sa proximité avec le président n'aura pas pesé suffisamment jusqu'à jouer finalement contre lui. Il devra désormais quitter l'Assemblée nationale.

Éphémère ministre de la Cohésion des territoires en 2017, il avait été contraint de démissionner, mis en cause pour sa gestion des Mutuelles de Bretagne qu'il a un temps dirigé. Mais il avait hérité finalement de la présidence de l'Assemblée nationale, l'un des postes les plus prestigieux de la République.

Très proche d'Emmanuel Macron qu'il a rencontré lorsqu'il était rapporteur de l'un de ses textes à Bercy, les deux hommes ne se sont plus quittés. Lors de l'un de ses rares déplacements de campagne avant le premier tour, le président s'est même rendu dans le Finistère, commençant son discours en évoquant "son ami Ferrand".

Ce score l'exclut désormais d'une place d'importance dans le dispositif présidentiel. Le Breton, qui se voyait bien rester au Perchoir va devoir repenser son avenir politique au sein de LaREM.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles