Résultats législatives: dans le Doubs, le boulanger Stéphane Ravacley battu par la majorité présidentielle

Stéphane Ravacley dans sa boulangerie. - SEBASTIEN BOZON / AFP
Stéphane Ravacley dans sa boulangerie. - SEBASTIEN BOZON / AFP

Première candidature, première défaite pour Stéphane Ravacley. Le boulanger échoue dans la 2e circonscription du Doubs sous l'arc-en-ciel de la Nouvelle union populaire écologiste et sociale (Nupes).

Avec 47,77% des voix, ce novice en politique est devancé par le candidat du parti présidentiel Éric Alauzet, qui recueille lui 52,26% des suffrages à l'issue du second tour des élections législatives. Le député sortant obtient donc un nouveau mandat des électeurs et siègera ainsi à l'Assemblée nationale pour un troisième mandat de député du Doubs.

Un boulanger engagé

Le boulanger s’est fait connaître pour sa grève de la faim, menée en janvier 2021, pour dénoncer la procédure d’expulsion qui visait son apprenti guinéen. Le militant avait également lancé un appel aux dons au lendemain de l’offensive russe en Ukraine et contribué au départ d'un convoi de camions d’aide humanitaire en Pologne.

"Le silence de l'administration" pendant ses 11 jours de grève de la faim et les "nombreuses fake news" qu'il aurait entendues au Sénat lorsqu'il a porté avec le PS Jérôme Durain une proposition de loi (permettant aux apprentis étrangers de rester un an après leur majorité), l'ont poussé "à faire partie des instances", comme il l'expliquait sur notre antenne pendant l'entre-deux tours.

Déloger le député sortant

Dans ce territoire de Bourgogne-Franche-Comté, il affrontait le député sortant LaREM bien installé, ex-écologiste et ex-socialiste, Éric Alauzet, élu depuis 2012. Aux législatives de 2017, ce dernier avait gagné une large majorité, au second tour (62,19%), face au candidat des Républicains Ludovic Fagaut (37,81%).

À la dernière présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a réalisé un score de 23,5% au premier tour dans cette circonscription, derrière Emmanuel Macron (29,1%) et devant Marine Le Pen (18,9%). Le président sortant l’avait ensuite très largement emporté avec 64,4% des suffrages.

"Je sais ce que vivent les gens"

Pour tenter de convaincre dans cette circonscription, Stéphane Ravacley s'était fait le porte-parole des "petites gens" et avait plaidé tout au long de la campagne pour une Assemblée plus représentative. Lors d'un débat de l'entre-deux tours mercredi dernier, le ton était brièvement monté entre les deux candidats.

"Je sais ce que c'est que d'habiter dans une passoire thermique. Je ne pense pas que vous avez vécu ça, Monsieur. À 20 ans, j'ai vécu ça. Je sais ce que c'est, que de payer plus d'électricité que de bouffe. Excusez-moi du terme, mais c'est le cas", avait-il avancé.

"Moi je sais, mais pas vous. Vous n'avez jamais vécu dans la misère. Moi je l'ai vécu et je sais ce que vivent les gens qui ne peuvent pas rénover, qui sont locataires et qui ont un propriétaire qui ne fait rien", avait lancé le candidat de la Nupes.

"Ne vous appropriez pas le peuple (...) C'est assez méprisant", lui avait répliqué le député Ensemble qui s'est appuyé pendant sa campagne sur son expérience de médecin et de député.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles