Résultats législatives: Élisabeth Borne réélue dans la 6e circonscription du Calvados

Son siège de député était en péril, mais Élisabeth Borne parvient finalement à le conserver. En ballottage défavorable à l'issue du premier tour, l'ancienne Première ministre remporte la deuxième manche ce dimanche 7 juillet.

Au premier tour, le candidat du Rassemblement national avait réuni 36,26% des voix, devançant Élisabeth Borne (28,93%) ainsi que l'insoumis Noé Gauchard (23,16%), qui représentait le Nouveau Front populaire. Ce dernier, qualifié pour le second tour comme en 2022, s'était, cette fois-ci, désisté en raison du score de l'extrême droite.

"Le fait de devoir se retirer pour laisser la place à Élisabeth Borne, aux manettes de la réforme des retraites, est encore plus difficile et dur mais ça ne vaut pas le fascisme", avait-il justifié dimanche dernier.

Un bilan de Première ministre à défendre

Pour Élisabeth Borne, cette victoire a un parfum particulier. Non pas qu'en 2022, elle s'était largement imposée - 52,46% des voix pour elle, 47,54% pour Noé Gauchard au second tour - mais le contexte était tout autre.

Celle qui est passée par plusieurs ministères, dont celui du Travail, devait cette fois composer avec son bilan de cheffe du gouvernement, après son passage de plus de 19 mois à Matignon, commencé au début du second quinquennat d'Emmanuel Macron.

ll lui est parfois résumé par un surnom peu flatteur: "Madame 49.3." Du nom de cet article de la Constitution permettant au gouvernement de faire passer un texte sans vote des députés. Confrontée à une majorité relative, nécessitant des accords avec les oppositions, l'intéressée a opposé à ses détracteurs les textes passés grâce aux "compromis", qu'elle avait érigés en méthode à son arrivée à Matignon.

Dans cette circonscription représentative de la tripartition du paysage politique, Élisabeth Borne s'est présentée comme la candidate des "solutions crédibles, concrètes, rapides", jugeant celles de la gauche et l'extrême droite "irréalistes".

Elle réussit finalement à renverser l'extrême droite dans une circonscription qui avait placé Jordan Bardella (RN) à 34% aux européennes, un score plus élevé que sa moyenne nationale, même si la représentante macroniste Valérie Hayer faisait également mieux de ce point de vue là avec 17,17% des voix.

Ironie du sort pour Élisbeth Borne: elle doit sa réélection au désistement d'un insoumis, elle qui a si souvent placé le mouvement de Jean-Luc Mélenchon en dehors du "champ républicain".

>> Retrouvez tous les résultats des législatives sur notre plateforme

Article original publié sur BFMTV.com