Résultats législatives: à Paris, Stanislas Guérini réélu de justesse

Stanislas Guérini le 8  juin 2022 à l'Elysée  - Ludovic Marin/AFP
Stanislas Guérini le 8 juin 2022 à l'Elysée - Ludovic Marin/AFP

Pari gagné pour Stanislas Guérini. En ballotage défavorable au premier tour dans la 3e circonscription de Paris dont il est élu depuis 2017, le ministre d'Élisabeth Borne l'a emporté de justesse avec 51% des voix, contre la Nupes Léa Balage El Mariky (49%).

Polémiques en série

Nommé à la tête de la Transformation et de la Fonction publique fin mai, celui qui est toujours délégué général du mouvement présidentiel et reste méconnu du grand public a fait les frais d'une polémique lors du début de la campagne des législatives.

"Je ne le crois pas capable de violences sur les femmes", avait-il déclaré sur France Info fin mai au sujet de Jérôme Peyrat, un candidat investi par Ensemble et condamné en 2020 pour violences conjugales. Avant d'ajouter: "C'est un honnête homme".

Face à la levée de boucliers de la part d'associations et figures du monde politique comme Sandrine Rousseau, Clémentine Autain ou encore Corinne Lepage, ancienne ministre de Jacques Chirac, Jérôme Peyrat a rendu son investiture dans la journée et Stanislas Guerini s'est excusé pour ses propos tenus le matin-même.

Ce n'est pas la première fois que le patron des marcheurs se prend dans les pieds dans le tapis: appel au retour de la taxe carbone en plein mouvement des gilets jaunes, propos polémiques autour de l'aide médicale d'urgence qui serait détournée au profit d'opérations de chirurgie esthétique...

Une circonscription compliquée

De quoi justifier ses mauvais résultats au premier tour? Le député sortant avec 32,51% des voix était arrivée derrière la candidate de la Nupes et ses 38,6%. À la présidentielle, Emmanuel Macron était arrivé en tête dans la circonscription avec 37% des suffrages, contre 30% pour Jean-Luc Mélenchon. Mais Yannick Jadot (8%) y faisait presque le double de son score national.

Léa Balage El Mariky avait l'avantage d'avoir des réserves de voix pour le second tour. Les candidats divers gauche - dont Laurent Baffie - avaient récolté 7% des suffrages. Insuffisant cependant pour elle pour l'emporter.

Un poste de ministre très attendu

Dès 2020, Stanislas Guérini avait fait savoir qu'il aimerait entrer au gouvernement. L'envie s'est faite d'autant plus pressante ces derniers mois que l'élu n'avait plus vraiment la main sur la vie de son parti. C'est Stéphane Séjourné, ancien conseiller politique à l'Élysée et patron du groupe Renew au Parlement européen, qui planche désormais sur la refondation du mouvement.

Son souhait est finalement exaucé à la faveur du nouveau gouvernement d'Élisabeth Borne. S'il se voyait bien plancher sur le déploiement des véhicules électriques auprès des ménages modestes, l'une des promesses du candidat Macron, le parlementaire devra finalement gérer les sujets de modernisation de la fonction publique.

Sa victoire au finish lui offre désormais les mains libres pour déployer le dégel du point d'indice des fonctionnaires ou plus largement le sujet de leur rémunération.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles