Résulats législatives 2024: Gabriel Attal réélu dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine

Sa première place était relativement confortable, mais l'actuel Premier ministre jouait gros. Gabriel Attal est réélu député de la 10e circonscription des Hauts-de-Seine à l'issue du second tour des élections législatives, ce dimanche 7 juillet. Avec 58,23% des suffrages, il devance largement la candidate socialiste, Cécile Soubelet, investie sous la bannière de la gauche unie, baptisée Nouveau Front populaire.

Le plus jeune Premier ministre, qui a annoncé qu'il remettra sa démission à Emmanuel Macron dès ce lundi, est donc réélu pour un nouveau mandat dans la 10e des Hauts-de-Seine. Il retrouve l'Assemblée nationale où il a été élu pour la première fois en 2017 et qu'il a régulièrement quitté depuis pour plusieurs fonctions successives au sein des gouvernements d'Élisabeth Borne, Jean Castex et Édouard Philippe.

Plus large victoire en 2022

Deux ans plus tôt, le duo s'affrontait déjà. Aux législatives de 2022, Gabriel Attal avait gagné haut la main (60% des voix au second tour) face à cette même socialiste, investie alors sous les couleurs des partis de gauche unis de l'époque, la Nupes. Au premier tour du scrutin de 2022, il totalisait 48,06 % des voix contre 30,75% pour sa rivale.

Au premier tour des législatives de 2024, un pacte de non-agression entre la droite locale et la majorité présidentielle a été scellé dans les Hauts-de-Seine, mais les Républicains ont fait désordre. Éliminé dès le premier tour, le candidat investi par le parti désuni n'a toutefois pas fait de l'ombre au Premier ministre.

Gabriel Attal a facilement pris la première place du podium le 30 juin dernier, avec 43,85% des voix, mais en recul par rapport à 2022. Huit points seulement le séparaient de Cécile Soubelet.

Un Premier ministre-candidat

Après la dissolution surprise annoncée par Emmanuel Macron au soir des européennes, le locataire de Matignon s'est pleinement engagé dans la campagne des législatives. Il a affronté en débat à deux reprises les oppositions du RN et du Nouveau Front populaire à quelques jours du premier tour, le 25 et le 27 juin.

Dans l'entre-deux tours, il a largement appelé à la mobilisation contre le Rassemblement national, sans pour autant "donner de consigne de vote.

"L'extrême droite, le Front national (sic) est en situation d'avoir une majorité absolue et de gouverner le pays", avait expliqué Gabriel Attal sur France inter ce mercredi. "Ça ne fait pas plaisir, évidemment, à beaucoup de Français de devoir faire barrage au Front national (sic) en utilisant un autre bulletin qu'ils n'auraient pas voulu. Moi, je considère que c'est aujourd'hui notre responsabilité de le faire."

>> Retrouvez tous les résultats de l’élection sur notre plateforme dédiée et nos analyses politiques sur BFMTV.com.

Article original publié sur BFMTV.com