Résistance dans le Donbass, crise alimentaire... La situation après 16 semaines de guerre en Ukraine

Des soldats ukrainiens dans la région du Donbass, le 9 juin 2022 - ARIS MESSINIS / AFP
Des soldats ukrainiens dans la région du Donbass, le 9 juin 2022 - ARIS MESSINIS / AFP

L'invasion de la Russie pourrait bien avoir poussé l'Ukraine dans les bras de l'Union européenne. Une annonce concernant la demande d'adhésion de Kiev semble imminente, alors que Moscou poursuit son offensive dans l'est du pays.

• Severodonetskc continue de résister

Depuis plusieurs semaines, les forces russes se concentrent sur le Donbass. Et après avoir pris le contrôle de Marioupol, Moscou vise désormais la ville de Severodonetsk. Plus de la moitié de la zone est maîtrisée par la Russie, mais les militaires ukrainiens ne comptent pas se rendre facilement.

Une bonne partie des civils se trouvent désormais dans l'usine Azot, une situation qui rappelle la résistance à Marioupol. Un couloir humanitaire a d'ailleurs été annoncé par Moscou ce mardi pour évacuer une partie des habitants. Selon les forces pro-russes, il resterait environ 2500 soldats ukrainiens retranchés sur place.

• 3 combattants étrangers condamnés à mort

Le 9 juin dernier, deux Britanniques et un Marocain ont été condamnés à mort par les forces pro-russes pour avoir combattu aux côtés des Ukrainiens contre la Russie. Une condamnation qui a entraîné une vive réaction à l'internationale. Le Premier ministre britannique s'est dit "consterné" par cette décision.

Selon Amnesty International, cette condamnation à mort serait une atteinte à la Convention de Genève. "En tant que prisonniers de guerre, ils sont protégés contre les poursuites pour avoir pris part aux hostilités", a expliqué l'ONG dans un communiqué. "La seule exception concerne les poursuites pour crimes de guerre présumés", ce qui n'est pas le cas ici selon Amnesty International.

• Les pertes ukrainiennes se multiplient

Alors que la guerre se poursuit, l'armée ukrainienne est de plus en plus en difficulté. Outre les villes de l'est du pays qui sont en grandes difficultés, les pertes s'intensifient. Le ministre de la Défense Oleksïi Reznikov a ainsi déclaré le 9 juin que jusqu'à 100 soldats perdaient la vie chaque jour, et que 500 étaient blessés.

Cela donne une estimation des pertes humaines dans l'armée ukrainienne, alors que le pays n'avait jamais véritablement communiqué à ce sujet, et n'a jamais fourni de chiffre global depuis le début de l'invasion russe.

• L'Ukraine bientôt dans l'Union européenne?

L'Ukraine compte plus que jamais sur son entrée dans l'Union européenne. Et l'Europe donne des signes qui peuvent représenter un espoir pour Kiev. Pour la deuxième fois, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est rendue dans la capitale ukrainienne pour rencontrer Volodymyr Zelensky.

Sur place, elle a promis qu'elle donnerait une réponse aux ambitions européennes du pays avant la fin de la semaine. En interview sur France Inter, Clément Beaune, ministre délégué chargé de l'Europe, a estimé de son côté qu'il fallait "donner un signal positif" à l'Ukraine.

Ce signal pourrait être délivré par Emmanuel Macron lui-même. Alors que la France préside toujours le Conseil de l'Union européenne jusqu'au 30 juin, le chef de l'État pourrait se rendre en Ukraine dans les prochains jours, bien qu'aucun déplacement de la sorte n'ait encore été confirmé par l'Élysée.

• La crise alimentaire mondiale dans toutes les têtes

Alors que le conflit s'installe dans le temps long, les conséquences sont de plus en plus inquiétantes dans certaines régions du monde, notamment en ce qui concerne l'alimentation. En effet, l'Ukraine exporte une grande quantité de blé, et plusieurs pays ont fait part de leurs inquiétudes concernant une crise alimentaire à venir.

Le président de l'Union africaine Macky Sall a ainsi déclaré sur notre antenne vendredi dernier que le continent africain risquait bel et bien une famine dans les prochains mois.

Pour essayer de limiter cela, la France a notamment proposé d'aider à lever le blocus du port d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, pour débloquer les céréales qui s'y trouvent, et ainsi pouvoir livrer les pays qui en ont besoin. Volodymyr Zelensky a lancé plusieurs appels en ce sens. La dernière a eu lieu samedi dernier lors du forum sur la sécurité en Asie-Pacifique, le Shangri-La Dialogue. "La pénurie de produits alimentaires mènera inexorablement au chaos politique, ce qui risque de provoquer le renversement de nombreux gouvernements", a-t-il notamment prévenu.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles