Résident de la République

Libération.fr

François Hollande Rencontre en son palais avec l’insaisissable président français.

La vie est parfois simple. Nous avons demandé si, pour ce numéro spécial de Libération, on pourrait rencontrer le président de la République. On n’y croyait pas du tout, à cette idée. Pourtant, quinze jours plus tard, nous voilà, tous les trois, devant l’entrée du palais de l’Elysée. Comme dans un film. En fait, il vaudrait mieux dire comme dans un dessin animé. La faute à ce gendarme qui nous ouvre la lourde porte du 55, rue du Faubourg Saint-Honoré. Est-ce la faute à son képi, son uniforme, ses grosses lunettes ou à la forme de son visage ? En tout cas, il nous a immédiatement remémoré les dessins animés français que l’on pouvait regarder quand on était enfant, en Syrie ou en Iran. Ce gendarme de l’Elysée était comme une pastille enfantine. Une image un peu décalée, amusante et caricaturale que l’on pouvait avoir de la France. Il nous a demandé nos pièces d’identité sur un ton grave. Il ne pouvait pas savoir ce que l’on avait dans nos têtes à ce moment-là. On a rarement été aussi contents de donner nos cartes d’identité. La vie est parfois drôle. Et là, elle l’était vraiment.

Pour un palais, c’est un palais. Celui du roi des Français pendant cinq ans. Tentures, chandeliers, statuettes… toute la majesté d’un passé que l’on sent glorieux est là. On a dressé, pour nous, une table dans une des salles du rez-de-chaussée. On patiente. Puis comme au théâtre, un huissier avec une drôle de chaîne autour du cou annonce de sa voix de stentor l’arrivée de François Hollande : «Le président de la République.» On se lève de notre siège. D’un pas rapide, entre Hollande. Immédiatement chaleureux. Il s’installe le dos à la cheminée. Devant chaque bloc-notes a été disposé un simple Bic. Mais lui a le droit a un beau stylo.

Avant de s’asseoir, on s’était fixé un but : faire parler Hollande de ses sentiments personnels. On connaissait ses arguments. On voulait comprendre l’homme. Savoir de ce qu’il (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Présidentielle: affaire Fillon, la campagne confisquée
François Fillon et Alain Juppé, Baupin relaxé, affaire Troadec... L'essentiel de l'actu de ce lundi
Présidentielle: Christian Troadec se retire de la course
Présidentielle: à J-48 du premier tour
Affaire Baupin: «aucun parti ne pourra plus ignorer» le harcèlement sexuel

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages