Réserves d’eau souterraine : l’été sera sec

The Conversation
Les météorologues prédisent des températures plus chaudes que la normale pour la période de juin à août en Europe et France métropolitaine. Or, les pluies hivernales n’ont vraiment pas été abondantes, créant les conditions pour devoir faire face à une nouvelle sécheresse, ou plutôt à des sécheresses.

Nathalie Dörfliger, auteure de cet article, est hydrogéologue et directrice de programme scientifique "Eaux souterraines et changement global" au BRGM, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières. La version originale de cet article a été publiée sur le site de The Conversation dont franceinfo est partenaire.

L’année 2019 sera-t-elle marquée par une sécheresse aussi sévère qu’en 2018, où les niveaux d’eau souterraine très bas furent comparables à ceux de l’année 1976 ?

Les météorologues prédisent des températures plus chaudes que la normale pour la période de juin à août en Europe et France métropolitaine, comme a pu en témoigner le récent épisode caniculaire. Les pluies hivernales n’ont vraiment pas été abondantes, tout particulièrement du sud-ouest au nord-est ainsi que de la Normandie au Pas-de-Calais.

Le cumul des précipitations efficaces – comprendre celles qui vont participer à la recharge des aquifères, ces réservoirs naturels en eaux souterraines situés dans le sous-sol – pour la période septembre-décembre 2018 est resté essentiellement déficitaire pour les régions mentionnées plus haut ; le déficit y a été de 25 à 50 % (jusqu’à 75 % localement), à l’exception du pourtour méditerranéen et de la Haute Corse. Ici, il est excédentaire pour la même période de 50 % par rapport à la normale inter-annuelle des précipitations efficaces (au regard de la période de référence (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi