Police : "Il ne faudrait pas que les réservistes soient utilisés comme des bouche-trous"

·1 min de lecture

Pour moderniser la police nationale, Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, veut créer une réserve opérationnelle. Ce qui pourrait être "une bonne idée sur le papier", selon Linda Kebbab, flic de terrain et déléguée nationale UnitéSGP Police FO. À condition que ces réservistes soient affectés à des missions précises et ne servent pas de "policiers bouche-trou".

Marianne : Que vous inspire l'idée du ministre de l'intérieur Gérald Darmanin de créer une "réserve opérationnelle" de la police nationale ? Linda Kebbab : C'est plutôt une bonne idée s'il s'agit avant tout de recréer du lien entre la police et la population en ouvrant nos portes à la société civile. Aujourd'hui, il faut admettre que la réserve qui existe déjà est constituée principalement de policiers à la retraite. Donc sur le papier, ça semble très bien. D'autant que les gendarmes en sont déjà dotés. Sauf qu'une mesure qui marche pour les gendarmes ne marche pas forcément pour la police…C’est-à-dire ?En matière de gestion RH et de suivi des effectifs, les gendarmes sont très efficaces contrairement à nous. C'est un problème que nous pointons régulièrement. Il y a dans la police un véritable problème de suivi et de formation continue. Aujourd'hui, le suivi des adjoints de sécurité (ADS) et des gardiens de la paix stagiaires est inexistant ! Ils sont jetés dans le grand bain, sans véritable encadrement et se retrouvent à apprendre leur métier la tête dans le guidon. La crainte que l'on peut avoir, en...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Grèce : polémique après un projet de loi pour introduire la police dans les universités

Singapour : les données de l'application de traçage anti Covid désormais exploitables par la police

L'Allemagne, un modèle pour la police française ? Pas si sûr

Producteur passé à tabac à Paris : la préfecture de police dans l’œil du cyclone

Police floutée, intentions masquées ?