Sur les réseaux sociaux, la propagande terroriste s'amplifie en se jouant de la censure

© Observateurs

D’après des chercheurs spécialisés dans l’analyse des activités extrémistes en ligne, l’activité des comptes proches des organisations terroristes a augmenté de 69 % sur le réseau social Twitter depuis que le multimilliardaire Elon Musk a pris la tête de celui-ci. Faux comptes, messages codés, textes "brisés" : ces utilisateurs disposent d’une large palette de techniques pour tenter de contourner les censures, qu’ils déploient également sur les autres plateformes comme YouTube ou Facebook.

En mars dernier, Elon Musk se proclamait "absolutiste de la liberté d’expression". Et, sur Twitter, il sondait ses abonnés pour savoir s’ils trouvaient que celle-ci était bridée sur le réseau social (ils étaient 70 % à le penser).

C’est peu dire que la prise de contrôle de Twitter par le milliardaire, le 27 octobre, a ravivé les craintes de voir un retour en force des fausses informations et des discours haineux, jusque-là modérés tant bien que mal. Les constats faits par des chercheurs de l'Institut pour le dialogue stratégique (ISD) ne rassureront pas les inquiets : depuis début novembre, les contenus relayant la propagande des groupes terroristes, notamment l’organisation État islamique, ont explosé.

La diffusion du terrorisme, et plus particulièrement le soutien en ligne au terrorisme, est une affaire en constante évolution. Pour contourner la censure, artificielle ou effectuée manuellement par des modérateurs, les comptes associés aux groupes terroristes utilisent des techniques qui se sont affinées au fil du temps.


Lire la suite sur Les Observateurs - France 24